Blog littéraire, artistique de Pascal Lamachère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, août 14 2016

Histoire d'amour, d'humanité, d'idéal, message par l'art-philo-poésie et cætera


dessin de coeur avec la terre



Bron­zés, argen­tés, dorés ! : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/08/bron­zes-argen­tes-dores/



Points de vue sur l’amour, l’idéal, l’huma­nité, le sys­tème, le mes­sage par l’art et cætera :

* Et si on appre­nait à aimer ? : http://www.rts.ch/play/radio/philo-in-vivo/audio/et-si-on-appre­nait-a-aimer?id=7823151

* Fran­cis Cou­sin : débat-réflexion sur le poly­amour, l’amour et le sys­tème : https://www.you­tube.com/watch?v=rMBh9z2MdB8

* “Voie de l’amour” un docu­men­taire de Branko Stan­ko­vić : https://vimeo.com/91534976

Pré­sen­ta­tion : « L’his­toire du moine Ambroise devenu ami de la louve Alfa et d’autres ani­maux sau­va­ges. »

* Vivre en Yourte, un che­min de Liberté : https://www.you­tube.com/watch?v=djZm7gDd_WI

Pré­sen­ta­tion : « Il était une fois une femme rêvant de liberté, qui décida de tout quit­ter pour vivre sim­ple­ment sous une tente fabri­quée de ses mains. Syl­vie Barbe est la pre­mière femme en France à avoir vécu dans une your­tes. Défri­cheuse d’un mode de vie sobre et auto­nome elle nous parle dans ce film de son bon­heur d’avoir réussi à incar­ner son rêve d’inté­grité et de cohé­rence. Elle témoi­gne de son expé­rience et nous dévoile com­ment la yourte peut sau­ver du déses­poir et res­tau­rer la dignité. On décou­vre com­ment on peut vivre dans une grande sim­pli­cité, en ne con­som­mant que des éner­gies auto­no­mes et renou­ve­la­bles, dans un grand res­pect de la nature, sans coo­pé­ra­tion avec le con­su­mé­risme et en inté­grant au quo­ti­dien la poé­sie dans sa vie. Elle nous parle de sa soli­tude, de son exi­gence, de sa ren­con­tre avec elle même, de son droit à la colère. C’est ainsi qu’un che­min vers l’éveil s’est tracé. »

* Human : VOL.1 sur les thè­mes de l’amour, des fem­mes, du tra­vail et de la pau­vreté : https://youtu.be/FLqft-ICVQo

Pré­sen­ta­tion de la tri­lo­gie : « Qu’est-ce qui nous rend humains ? Est-ce le fait d’aimer, est-ce le fait de lut­ter ? Le fait de rire ? De pleu­rer ? Notre curio­sité ? Notre quête de décou­ver­tes ?

Poussé par ces ques­tions, le réa­li­sa­teur et pho­to­gra­phe Yann Arthus-Ber­trand a passé trois années à col­lec­ter les his­toi­res de 2 000 fem­mes et hom­mes dans 60 pays. Avec son équipe pas­sion­née de tra­duc­teurs, jour­na­lis­tes et came­ra­men, Yann a cap­turé en pro­fon­deur les émo­tions et les sujets qui nous unis­sent tous : les lut­tes con­tre la pau­vreté, la guerre, l’homo­pho­bie et le futur de notre pla­nète, mêlées à des moments d’amour et de bon­heur. »

* Les ori­gi­nes de la vio­lence humaine : https://www.you­tube.com/watch?v=2rm­qA9a­jdl4&index=13&list=PL9C4E9847954BBFF4

* Albert Jac­quard – Réflexion sur le com­por­te­ment humain : https://www.you­tube.com/watch?v=JwP­GoMHfG6w&index=27&list=PL9C4E9847954BBFF4

* Plai­doyer pour l’altruisme : https://www.you­tube.com/watch?v=0Y5FMXHvXp8

Pré­sen­ta­tion : « Mat­thieu Ricard aborde d’une façon remar­qua­ble les notions d’altruisme, d’amour et de com­pas­sion. Ses nom­breux tra­vaux avec le monde scien­ti­fi­que (Mind­ful­ness) lui per­met­tent de nous faire part d’une mul­ti­tude d’anec­do­tes d’une grande puis­sance ! »

* « Vers un monde altruiste ? » : http://www.fran­ce­cul­ture.fr/emis­sions/le-monde-selon-caro­line-elia­cheff/vers-un-monde-altruiste

Intro­duc­tion : « Il ne faut pas déses­pé­rer des êtres humains quand les neu­ros­cien­ces démon­trent que l’empa­thie – qui ne se réduit pas à la capa­cité à se met­tre à la place d’autrui et l’altruisme - cette pro­pen­sion désin­té­res­sée à se con­sa­crer aux autres – ont des bases bio­lo­gi­ques uni­ver­sel­les. Dans les labo­ra­toi­res amé­ri­cains et alle­mands où les réa­li­sa­teurs ont enquêté, les cher­cheurs met­tent expé­ri­men­ta­le­ment en évi­dence que des enfants très jeu­nes, des grands sin­ges mais aussi des sou­ris ont spon­ta­né­ment des com­por­te­ments d’entraide non asso­ciés à une récom­pense. On voit notam­ment des bébés à par­tir de l’âge de trois mois à qui on pré­sente une petit spec­ta­cle de marion­net­tes met­tant en scène un ours en pelu­che aidant un con­gé­nère en dif­fi­culté et un autre disons plus méchant, choi­sir de gar­der l’ours coo­pé­rant. Cette com­pré­hen­sion morale élé­men­taire, s’il s’agit de cela, mérite de révi­ser ce qu’on croit savoir sur le psy­chisme des tout-petits et même d’enfants de 18 mois : ceux-ci arrê­tent de jouer pour aider un adulte à ramas­ser le crayon qu’il a laissé tom­ber sans en avoir la moin­dre gra­ti­fi­ca­tion. Qui plus est, en pour­sui­vant l’expé­rience avec deux grou­pes dis­tincts, ceux qui ont reçu une gra­ti­fi­ca­tion pour cet acte altruiste finis­sent par aider moins que les autres ! Les psy­cha­na­lys­tes sont tou­jours con­tents quand les neu­ro­cher­cheurs appor­tent la preuve scien­ti­fi­que de ce qu’ils ont cons­taté à savoir qu’un enfant, aussi jeune soit-il est capa­ble, avec les moyens dont il dis­pose, de pren­dre en charge celui dont il per­çoit la détresse sans rien atten­dre en retour. Une autre expé­rience fait réflé­chir sur ce qui serait un trait fon­da­men­tal de la nature humaine : elle mon­tre que très pré­co­ce­ment, les enfants divi­sent le monde entre ceux qui sont « comme eux » et qu’ils pré­fè­rent et ceux qui sont dif­fé­rents d’eux et qu’ils excluent. »

L’intro du docu­men­taire : https://www.you­tube.com/watch?v=PbgXAc­BA­bic

* Sur l’Eloge de la fuite, ou la ques­tion des stra­té­gies de domi­na­tion : http://www.arti­cle11.info/?Sur-l-Eloge-de-la-fuite-ou-la

Extrait du début : « Le sys­tème ner­veux. Cette chose com­mune à tous les ani­maux, leur per­met­tant - avant tout - de sur­vi­vre. Et qui, si on suit la théo­rie scien­ti­fi­que de L’éloge de la fuite, nous guide incons­ciem­ment dans cha­cune de nos actions. Rend pos­si­ble tou­tes les stra­té­gies de domi­na­tion, matrice essen­tielle de com­pré­hen­sion de notre orga­ni­sa­tion éco­no­mi­que et sociale, du sys­tème poli­ti­que et de la société de con­som­ma­tion.

Le sys­tème ner­veux, base d’une domi­na­tion omni­pré­sente

Chi­rur­gien, bio­lo­giste, spé­cia­liste du sys­tème ner­veux, inven­teur de dro­gues psy­cho­tro­pes, phi­lo­so­phe « vul­ga­ri­sa­teur » des neu­ros­cien­ces… Mul­ti­dis­ci­pli­naire, Henri Labo­rit a su mon­trer une rare capa­cité d’extra­po­la­tion de sa for­ma­tion scien­ti­fi­que afin de faire émer­ger une matrice de com­pré­hen­sion des com­por­te­ments ani­maux et humains plus per­for­mante. Il fut le pre­mier à expri­mer l’idée que le sys­tème ner­veux peut être res­pon­sa­ble de tous nos actes, mais aussi, par­tant, du sys­tème de domi­na­tion sociale. Et à cons­truire toute une phi­lo­so­phie autour, fai­sant ainsi des liens uni­ques entre bio­lo­gie ani­male et orga­ni­sa­tion sociale. »

* Cul­ture en Déclin - Epi­sode 3 - TCV : Trou­ble de la Con­som­ma­tion-Vanité (vostfr, sous-titres peu­vent être à acti­ver) :



* Con­fé­rence sur la démo­cra­tie, la poli­ti­que - Avec l’asso­cia­tion Arti­cle 3 : https://www.you­tube.com/watch?v=aI9­Ta­GIv­ceI&index=34&list=PL9C4E9847954BBFF4

* « Le com­bat ani­ma­lier est frère des com­bats d’éman­ci­pa­tion et de libé­ra­tion » : http://www.revue-bal­last.fr/aure­lien-bar­rau/

Intro­duc­tion : « L’anthro­po­lo­gue Claude Lévi-Strauss esti­mait que « l’homme a res­serré trop près de lui-même les fron­tiè­res de son huma­nité ». À ne plus appré­hen­der le monde qui nous entoure autre­ment que par ce que nous pou­vons y pren­dre, nous n’avons de cesse de surex­ploi­ter le milieu natu­rel et de mena­cer sa capa­cité de régé­né­ra­tion. Auré­lien Bar­rau, astro­phy­si­cien, cher­cheur et auteur de l’essai Des uni­vers mul­ti­ples, est de ceux qui regar­dent avec la même pas­sion le très loin­tain — des trous noirs à la gra­vité quan­ti­que — comme ce que, juste à nos côtés, nous refu­sons trop sou­vent de voir : le sort infligé aux ani­maux afin qu’ils puis­sent réga­ler nos assiet­tes. C’est sur ce der­nier sujet, très pré­ci­sé­ment, que nous avons tenu à l’inter­ro­ger. »

* The Dream - Le rêve : https://www.you­tube.com/watch?v=vhExh­rht0es&index=20&list=PL9C4E9847954BBFF4

Tra­duc­tion : https://www.face­book.com/des­points­de­vue/posts/1358255937522791

“Ceci est une ode à la liberté.
Écoute le son qu’elle fait.”

* Le mes­sage par l’art-philo :

- Bron­zés, argen­tés, dorés ! : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/08/bron­zes-argen­tes-dores/
- Notre degré de bêtise : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/08/degre-de-betise/
- La ten­ta­tion : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/07/la-ten­ta­tion/
- Le bobo : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/06/le-bobo/
- L’ombre et la lumière : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/06/lom­bre-et-la-lumiere/
- Agapé : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/03/agape/
- Let­tre d’un zom­bie : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/03/let­tre-dun-zom­bie/
- Mon Saint-Valen­tin : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/02/mon-saint-valen­tin/
- Je suis la femme de ton pro­chain : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2016/01/je-suis-la-femme-de-ton-pro­chain/
- LUCIA : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/05/lucia/
- Le pou­voir de l’ivresse : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/10/le-pou­voir-de-livresse/
- Les lourds et l’Amour : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/06/les-lourds-et-lamour/
- Orient Express : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/03/orient-express/
- Segunda : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/03/segunda/
- Dans la peau de Shé­hé­ra­zade : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/03/dans-la-peau-de-she­he­ra­zade/
- Rumî : le par­fum de Dieu : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/10/rumi-par­fum-dieu/
- Djurd­jura : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/09/djurd­jura/
- Compte avec moi ! : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/09/compte/
- Étin­celle : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/04/etin­celle/
- Rabia Al Ada­wia : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/02/rabia-al-ada­wia/
- La femme et son dou­ble : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/12/la-femme-et-son-dou­ble/
- La mort de Bau­de­laire : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/11/la-mort-de-bau­de­laire/
- De fleurs en pleurs… : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/02/de-fleurs-en-pleurs/
- Oui à la vie : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/02/oui-la-vie/
- Le petit raciste : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/04/petit-raciste/
- Inti­mité : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/02/inti­mite/
- C’est selon… Oum Kal­thoum : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/03/cest-selon-oum-kal­thoum/
- La femme est un surhomme : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/01/la-femme-est-un-surhomme/
- Pro­po­si­tion indé­cente : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/08/pro­po­si­tion-inde­cente/
- Ainsi parla la femme… : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/10/la-fille-dalexan­drie/
- En Phase ! : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/10/en-phase/
- Mariage pour Per­sonne : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/08/mariage-pour-per­sonne/
- Dio­time : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/07/dio­time/
- Le Bon Quai -1- Phè­dre : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/07/le-bon-quai-1-phe­dre/
- Ainsi soit-elle ! : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/06/ainsi-soit-elle/
- Ma muse Kal­thoum : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/04/muse-kal­thoum/
- Ima­gine mes ori­gi­nes : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/04/ima­gine-mes-ori­gi­nes/
- Des­tin Animé : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/01/des­tin-anime/
- Ma part d’ombre : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/07/ma-part-dom­bre/
- Psy-cause : Viva la muerte ! : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/03/viva-la-muerte/
- s aime s : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/09/s-aime-s/
- Rock-Sun : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/05/rock-sun/
- Les poè­tes sont men­teurs : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/05/les-poe­tes-sont-men­teurs/
- Mou­ve­ment vers quelqu’un : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/01/mou­ve­ment-vers-quel­quun/
- Prière : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2011/09/priere/
- Le séisme des coeurs : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2011/03/seisme/
- Atamé : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/03/atame/
- Sans Valen­tin : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/02/sans-valen­tin/

D’autres vidéos à voir sur : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com

Chaîne you­tube : http://www.you­tube.com/user/lejour­nal­de­per­sonne

Per­sonne s’auto­pro­dui­sant, elle ne peut comp­ter que sur notre sou­tien, le sou­tien des inter­nau­tes. Alors si vous en avez l’élan, pour la sou­te­nir, vous pou­vez deve­nir copro­duc­teur dona­teur (com­prend lien d’accès à la page où vous pour­rez voir le film) du film “Le pro­cès d’un pro­cès” : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/cam­pa­gne-de-sou­tien-film-pro­ces-dun-pro­ces/

ou pas­ser par la case “Cam­pa­gne de sou­tien pour les films et le jour­nal de Per­sonne” : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/cam­pa­gne-de-sou­tien-films-jour­nal-de-per­sonne/

Bonne semaine,
@ pelu­che,
Pas­cal


/ Le jour­nal de Per­sonne /PRES­CRIP­TEUR


samedi, avril 30 2016

Le journal de Personne de mars avril et film SACRIFICE


Couverture Le journal de Personne de mars avril avril 2016
Oyez, oyez !

* Un essai de numéro d’e-zine avec les billets de Per­sonne a été fait, est dis­po­ni­ble gra­tui­te­ment à cette adresse : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/lejour­nal­de­per­son­ne­mar­sa­vril.pdf

Vous y retrou­ve­rez les tex­tes des billets de Per­sonne de mars et d’avril, une inter­view qu’elle a accordé fin février et des de billets remis en avant der­niè­re­ment sur son site.


affiche SACRIFICE avec photographie Personne dans coffre

* Le der­nier film de Per­sonne, SACRI­FICE est sorti. Une “page gui­chet” a été mise en place : http://www.infos­ce­na­rio­de­per­sonne.com/gui­chet-film-sacri­fice/

* Rap­pels :

- Vous pou­vez main­te­nant réser­ver une séance de phi­loa­na­lyse avec Per­sonne : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/reser­vez-seance-de-phi­loa­na­lyste-per­sonne/
« On s’entend mieux soi-même quand ça passe par l’autre »
Per­sonne

- Vous pou­vez vous offrir ou offrir l’ebook Le manus­crit de Per­sonne au for­mat kindle sur : http://www.ama­zon.fr/manus­crit-Per­sonne-ebook/dp/B01B­DRA116/

Il s’agit d’un recueil de tex­tes que Per­sonne a écrits pour son jour­nal, phi­lo­so­phi­ques, poé­ti­ques, poli­ti­ques, spi­ri­tuels etc. Pour plus de détails, voir la des­crip­tion et extrait sur la fiche ama­zon.

À savoir que si vous n’êtes pas en France, vous devriez pou­voir le trou­ver sur la ver­sion d’ama­zon de votre pays en fai­sant une recher­che des­sus avec le titre de l’ebook, Le manus­crit de Per­sonne, que les livres kindle peu­vent être lus sur divers sys­tè­mes, pas uni­que­ment sur les liseu­ses (cli­quez, une fois sur la fiche, sur « Dis­po­ni­ble uni­que­ment sur ces appa­reils »), et que vous pou­vez obte­nir une appli­ca­tion gra­tuite pour le lire (cf. la fiche ama­zon, du moins pour la ver­sion publiée sur ama­zon.fr).

Bon début de week-end !

@ pelu­che !


samedi, novembre 9 2013

De L’excrémisme à Nietzsche en deux maux, en passant par L’Homme électronique

L’art est un vec­teur de chan­ge­ment qui me sem­ble uni­que en son genre. Aussi, je vous invite à voir les trois der­niè­res vidéos de « Per­sonne », uni­que aussi, dans cette rubri­que Et si on chan­geait le monde ?. Ci-après. Avec trois modes­tes petits tex­tes qu’elles m’ont ins­piré, écrits dans le vif. N’hési­tez pas à visi­ter son site, elle ajoute une nou­velle créa­tion pres­que tous les jours !

Pour ceux qui ne con­nais­sent pas encore, pré­sen­ta­tion offi­cielle de son jour­nal :

Le Jour­nal de Per­sonne pra­ti­que la scé­na­ri­sa­tion à fond, pour illus­trer une ques­tion d’actua­lité. Son info est une info scé­na­rio, son drame: une dra­ma­ti­sa­tion et sa réa­lité: une réa­li­sa­tion.Vous auriez mau­vaise grâce d’assi­mi­ler Per­sonne à ses per­son­na­ges, et ses his­toi­res à des déra­pa­ges. L’humour et la déri­sion y ont tou­jours fait bon ménage. Le Jour­nal n’est l’otage d’aucun parti, pri­son­nier d’aucune opi­nion, dupe d’aucun soup­çon. Ni à gau­che, ni à droite, mais au cœur de l’évé­ne­ment, il aborde tous les sujets, pose tous les pro­blè­mes et relance tous les débats.

http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/

L’excré­misme




“On est obligé de s’appuyer sur quel­que chose pour faire valoir sa cause…
Pour jus­ti­fier son com­bat.
On peut tou­jours s’api­toyer sur le très bas.
Mais on peut aussi se rap­pro­cher du très haut.”

Per­sonne
http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/11/lex­cre­misme-2/

Il était une voie

Sur les bords, les mar­ges, se jouent le sort des nua­ges.
De la terre au ciel, se tra­verse la val­lée.
L’enfant défie la marelle, l’adulte se donne pour incar­ner
hori­zon où la voie garde un après à explo­rer, rêve hors des baga­ges.

La cons­cience du fond à la cime, des tri­pes nouées à l’élan sublime ;
« Il faut tou­jours viser la lune, car même en cas d’échec, on atter­rit dans les étoi­les… » (Oscar Wilde)
pour­rait don­ner
« Il faut tou­jours viser le très haut, car même en cas d’échec cela tombe quel­que part sur le voile » ;
Accom­pa­gnée de la volonté de sui­vre vers l’hori­zon, s’y aban­don­ner, dépas­ser les for­ces des abî­mes.

Sur les inté­rieurs, les matiè­res, se jouent le sort des solai­res.
De l’abîme aux étoi­les, se tra­verse les cou­rants.
La fleur germe dans son ciel, le cygne déploie hors du temps
les ailes d’une dis­si­dence dont le train est sans arrêt, où cha­que un a à faire.

L’Homme élec­tro­ni­que




Extrait texte : “L’homme que j’ai sous les yeux… obéit… et ne fait rien d’autre qu’obéir
On l’a opéré en agis­sant sur son cor­tex céré­bral
Pour qu’il cesse d’être volant, sau­tant, ram­pant comme ani­mal
Et qu’il devienne chose idéale… un ani­mal idéal.
Un des­sein… avec un i , animé.
Vous avez dû en enten­dre par­ler sur Radio J
Dans l’émis­sion : scien­ces et vies… avec deux S…
Je veux par­ler de l’abla­tion du Moi… oui la cir­con­ci­sion de l’âme
Plus de moi-je en jeu… dehors lego ! L’orgueil au frigo!
Ne sur­vit qu’une pul­sion de vie au ser­vice d’autrui
Je… je suis… je suis autrui.
J’ordonne et il obéit…”

Per­sonne
http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/11/lhomme-elec­tro­ni­que/


« Fais ci, fais ça ! »

« Et si je veux pas ? »

« Fais pas ci, fais pas ça ! »

« Et si je veux ! »

« Comme tu veux pas ! Mais tu ne ces­ses de me déce­voir ! »

Rob Ot sem­bla regar­der son amie I avec les yeux embués de ceux d’un petit chiot ; une buée née d’un con­flit inté­rieur, entre l’envie de lui faire plai­sir et l’envie de lais­ser libre court à son esprit de con­tra­dic­tion, prit entre la glace et le vol­can, ver­rouillé, ou pres­que, par une volonté de rien lais­ser paraî­tre.

Rob Ot : « Com­ment puis-je te faire plai­sir ? »

I : « Hmm… J’aime­rais bien un verre de jus de pomme ! »

Rob Ot s’exé­cuta.

I : « Et main­te­nant un carré de cho­co­lat ! »

Rob Ot amena.

I : « Un autre ! Ah, et un verre de lait d’avoine ! »

Rob Ot ser­vit.

I : « C’est bon! Pour le moment ! »

Rob Ot alla se repo­ser. Il avait eu un ins­tant l’idée de pré­pa­rer le gâteau pré­féré de I, mais la fati­gue le poussa à faire une pause.

Quel­ques ins­tants plus tard…

I : « Rob ? Tu peux m’appor­ter l’ency­clo­pé­die ? »

Rob Ot se leva et apporta.

I : « Non, fina­le­ment, je crois que je vais m’en pas­ser. Tu peux la rap­por­ter ! Par con­tre, une feuille et un stylo me seraient uti­les ! »

Rob Ot s’exé­cuta.

I : « Merci ! Il me fau­drait plu­sieurs feuilles, en fait ! T’aurais pu y pen­ser ! »

Rob : « Euh… J’ai fait ce que tu m’as demandé ! »

I : « Main­te­nant je te demande plu­sieurs feuilles, et d’anti­ci­per ! »

Rob : « Euh… D’accord ! »

I : « Pff, tu peux pas faire autre chose que t’exé­cu­ter comme un robot ?! »

Rob : « Ben… Si ça te fait plai­sir, en fait, ça me fait plai­sir ! Mais du coup, je sais plus ce que je fois faire… »

I : « T’as pas été pro­grammé pour me faire tout le temps plai­sir ! Où est passé ton esprit ? »

Rob : « Quel­que part, ici ! »

I : « Si j’étais ta patronne dans une usine, tu ferais aussi tout ce que je te demande ? »

Rob : « Pas la même chose ! Mais t’as pas tout à fait tort !

Pour des enve­lop­pes récur­ren­tes,
Des hom­mes brû­lent leurs ailes ;
Cha­que jour, hypo­thè­quent leur capi­tal vie
Sur l’autel des cho­ses brillan­tes ;
Et si des ges­tes méca­ni­ques peu­vent sau­ver,
Des recet­tes à l’ordre appli­quées
Pour cons­truire un meilleur ter­rain,
Ordre suivi sans cons­cience
N’est que ruine de la fin
Et la perte de l’essence !
Quand l’âme ne sent pas le che­min,
Elle doit pou­voir rebrous­ser,
Quand le pré­ci­pice n’est pas loin,
Sau­ter, s’arrê­ter ou con­tour­ner !
Ainsi font les galé­riens qui veu­lent du beau temps
Sur les eaux lis­ses des dic­tées mor­ti­fian­tes ! »

I : « Que tu dis ! Tu m’as donné soif ! Un verre d’eau ! »

Rob : « Que je dis ! Mais bon, d’acc’ pour le vers d’eau ! :
Au milieu de la plus haute mon­ta­gne, tout en haut,
Jaillit la vie, la suite est l’his­toire d’un cours, pas à court d’eau. »


I : « Hu… Merci… »

Rob : « Ton plai­sir est mon plai­sir ! »

I : « Je vais plus oser te deman­der un verre, main­te­nant ! Et un carré de cho­co­lat ? »

Rob prit la feuille et le stylo qu’il avait appor­tés, des­sina un carré sur lequel il écri­vit « Cho­co­lat ».

I : « Pff… »

Rob : « Oui, bon… »

Nietz­sche en deux maux




Extrait : “Ques­tion : Que dit ta cons­cience ?
Réponse : Tu dois deve­nir celui que tu es”

Per­sonne
http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/11/nietz­sche-en-deux-maux/

Avec

Avec le temps va…
Avec l’atten­tion, l’inten­tion,
l’incar­na­tion des mots,
les maux s’affron­tent,
sur­git la déli­vrance,
le souf­fle sal­va­teur…
Avec l’élan vient…
Avec le temps habité,
le regard sur les reflets
et sur soi, le che­min
se trace en cons­cience,
tirant vers la cime
où se finit l’errance.
Avec le temps, sur­git…
Avec l’atten­tion, l’inten­tion,
un trait de com­pré­hen­sion,
la vue des accords
et des mords,
le fil trace
le rêve au-delà de la glace.
Avec l’élan part…
Avec le temps sus­pendu,
le regard sur les plis
et sur les pos­si­bles au tra­vers,
et sur les fers
tom­bés, sou­le­vés,
le songe réa­lisé au fil de la vie.


/ JdP /PRES­CRIP­TEUR