Blog littéraire, artistique de Pascal Lamachère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Balise - scribouillard

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juillet 12 2013

Explorations poétiques de l'être


L’être ailleurs

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/02/le-monde-vir­tuel/

L’être ailleurs, navi­gue, écla­boussé par les embruns de l’océan des rêveurs…
Une pierre, un pay­sage, une nature, loin de la cité aux feux caden­cés où des pas de loups façon­nent le ter­rain…
Un reflet, un hori­zon, un voyage vers l’impal­pa­ble, l’inconnu, l’impré­vi­si­ble, où se côtoient les astres mor­do­rés et les mor­su­res de la glace…

Un hiver, une nuit, dans le cime­tière des esprits, il glissa à vue. Il allait entre cha­vire et vogue au large de la galère ter­res­tre.
En cause, deux ques­tions lan­ci­nan­tes que posait le sphinx de la brume : Quel feu suis-je ? Quel feu es-tu ?
S’il trou­vait la réponse, l’être ailleurs pour­rait pour­sui­vre vers la clai­rière des for­mes vivan­tes…

« Le feu charme, corps en transe,
Le feu danse, bois cha­vi­rent,
Le feu brûle, let­tres de cen­dres,
Le feu étoilé, dou­ble mesure, enfants joueurs,
Le feu joueur, les joues éti­rées en cou­leur,
Le feu ato­mise, matière désar­ti­cu­lée…

Tu es le feu éter­nel, qui jamais ne s’éteint, jamais ne brûle, éclaire la nuit et le jour sans jamais briller, l’étin­celle d’un autre feu, peut-être du mien.
Je suis le feu qui peut réu­nir des feux, qui jamais ne brûle, éclaire la nuit et le jour sans jamais éclai­rer les pay­sa­ges mais je peux peut-être me con­su­mer ! »

L’être ailleurs n’eut d’écho à ce qu’il venait d’expri­mer, si ce n’est qu’il reprit le cours de la glis­sade et s’échoua sur la terre embau­mée. Un peu écor­ché, il se releva et pour­sui­vit.

Un hiver, une nuit…

* * * * *
* * * *

Êtres aimants

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/07/tout-est-a-recom­men­cer/

Sur la pla­nète Dé Sisy­phe, dans l’antre des astres, après avoir fran­chi le seuil, dans une sorte de cou­loir don­nant sur une immense cavité, une mage gar­dienne expli­qua à un ermite sa fonc­tion dans le grand manège.
 
La mage : « Cha­que nuit, notre lune se trans­forme en arai­gnée, des­cend par la grande ouver­ture tout, tout en haut, dans la salle cen­trale, au-des­sus du petit lac d’eau, là-bas ! Vous voyez le fai­ble filet de lumière ? »

L’ermite fit oui de la tête, fas­ciné par le spec­ta­cle qui se dérou­lait devant ses yeux, près de la berge oppo­sée : un corps de lumière pure en train de dan­ser, tout en agi­tant autour de lui des lames de feu, cou­pant au pas­sage des fils qu’il dis­tin­guait à peine.

La mage : « Elle tisse une toile pour y dépo­ser ses der­niè­res lar­mes à l’aube, après avoir recueilli les pre­miè­res du feu suprême, la source de tout souf­fle et de toute magie ici, même de celle de l’ombre. »

L’ermite : « Je… C’est lui, là-bas ? S’il se mani­feste ainsi, tou­jours ici, il ne ris­que pas d’être cap­turé ? Et com­ment fait-il pour en même temps éclai­rer ailleurs ? Et pour­quoi sem­ble-t-il cou­per la toile ? »

La mage : « Lon­gue his­toire… Pour vous la faire courte… Deux aimants, au début des temps, dans l’ère du néant des incar­nés ; Romero de la famille des âmes de feu, et Juli­nette de celle des divi­ni­tés des dimen­sions, des for­mes. Deux famil­les enne­mies, des pou­voirs com­plé­men­tai­res et anta­go­nis­tes. Les deux avaient trouvé la voie de l’équi­li­bre, mais lors­que leur des­sein a été décou­vert, ils ont été mau­dits par le con­seil de leur famille res­pec­tive. Du moins, ils l’auraient été tota­le­ment, si la source du grand tout, le cou­ple des for­ces ori­gi­nel­les, n’avait insuf­flé de la clé­mence dans l’ire. C’est ainsi qu’un jour, quel­ques temps après le com­men­ce­ment des temps, dans la for­ma­tion de l’uni­vers incarné, la pro­jec­tion des élé­ments, Romero devint la source de notre astre de vie, soli­taire, et Juli­nette notre lune, con­dam­née à ne pou­voir pro­fi­ter que du reflet, ou pres­que… »

L’ermite : « Oh, c’est de là d’où est tiré le conte pour pre­miers mages ? »

La mage : « Tout à fait ! »

L’ermite : « Merci pour votre his­toire, mais cela ne répond pas vrai­ment à mes ques­tions ! »

La mage : « Je vais y venir… »

Alors que la mage et l’ermite s’étaient rap­pro­chés de l’eau, que le corps de lumière n’était plus très loin, il devint tout à coup éva­nes­cent, jusqu’à lais­ser place à la nuit quel­ques bat­te­ments plus tard, et d’étran­ges per­les phos­pho­res­cen­tes à terre, là où il s’était tenu avant de dis­pa­raî­tre. L’ermite, trou­blé par l’air étrange qu’il avait sem­blé voir se des­si­ner sur le visage de Romero au moment fati­di­que, n’y prêta pas trop atten­tion, se posa à terre, la tête levée en direc­tion de l’ouver­ture d’où l’arai­gnée devait appa­raî­tre.

La mage : « Nous y voilà ! »

La mage se mit dans une pos­ture de com­bat, sor­tit un bâton de sa man­che lon­gue, et fit face à une nuée de chau­ves-sou­ris qui sem­blè­rent être appa­rues de nulle part et cher­cher à attra­per les per­les. Elle réus­sit à repous­ser tou­tes cel­les qui s’appro­chaient de trop près, sous le regard admi­ra­tif de l’ermite qui avait détourné sa mire. Les autres pour­sui­vi­rent leur che­min vers un cou­loir sur le côté droit.

La mage : « C’est ce que vous devrez faire les jours pro­chains, pen­dant mon absence ! »

L’ermite : « Il fau­dra que vous m’expli­quiez aussi le pour­quoi du com­ment ! »

La mage : « Je suis cer­taine que vous pou­vez com­pren­dre par vous-même ! »

L’ermite : « Vous me sures­ti­mez peut-être ? Mais expli­quez-moi quand même, au cas-où ! Je ne vois pas la logi­que, la rai­son… »

La mage : « Ah ! La rai­son… Tout ceci néces­site de l’intui­tion… Du moins, d’être à l’écoute de cer­tains sens ! Gar­der cette grotte sacrée, être le témoin de la danse entre deux sor­tes de divi­ni­tés dis­tan­tes comme si elles étaient pro­ches, recom­men­cer cha­que cycle avec la même éphé­mé­rité tout en le vivant comme si c’était éter­nel… apprend beau­coup sur l’impor­tance de l’ins­tant, sur ce que l’on déroule pour se for­ger sans s’arrê­ter figé à l’inté­rieur de l’antre des regrets. Vous ver­rez ! »

L’ermite, les yeux levés vers l’arai­gnée qui était apparu et com­men­çait à des­cen­dre vers le cen­tre: « Oh, ça, je pense l’avoir déjà vu, mais peut-être pas suf­fi­sam­ment pour l’inté­grer, l’appli­quer… »

La mage : « Qu’avez-vous res­senti juste avant d’entrer ici ? »

L’ermite : « Une sen­sa­tion étrange. Joie et tris­tesse mêlées, mais sur­tout des efflu­ves d’un je ne sais quoi d’auguste à pro­té­ger de tout l’être. Un je ne sais quoi qui est peut-être l’essence du ciel, de la vie ? Plus impor­tant que les mots pour le nom­mer : le lien qui nous y relie ? Plus impor­tant que le dire : ce qu’il y a au-delà de son reflet, ce qui le fait naî­tre et mou­rir, comme un fil soudé ? »

La mage : « Cela ne devrait-il pas vous suf­fire ? »

L’ermite : « Pour l’action, oui, mais pour ma curio­sité… »

La mage com­mença son expli­ca­tion, pen­dant que l’arai­gnée aux yeux de crois­sants de lune entama le retis­sage de sa toile, en com­men­çant par le bas de la grotte, à l’opposé, après avoir bas­culé d’avant en arrière de sorte à pou­voir à se lâcher au-des­sus du rivage : « Bien, alors, euh, vous vous deman­diez pour les ris­ques. Lui, impos­si­ble qu’il soit cap­turé. Il n’y a que la magie pour l’attein­dre, et aucun mage, aussi téné­breux soit-il, n’y aurait inté­rêt, ne pour­rait s’en ser­vir à ses pro­pres fins, et même un mage vou­lant taire toute magie, ne le pour­rait. Tout au plus l’affai­blir un peu après avoir rejoint les désin­car­nés. Il ne craint rien…

Si notre astre de feu et la lune peu­vent pren­dre forme sans dis­pa­raî­tre du ciel, c’est tout sim­ple­ment que c’est un peu comme si c’était leur anima. Et par con­tre, elle, ses yeux vont jusqu’à reflé­ter comme on la voit dans le ciel, et elle pour­rait être tuée. Enfin, son corps. Son anima serait alors errante dans l’air jusqu’à la fin des temps, sans plus pou­voir sen­tir la pré­sence de l’autre, sans pou­voir se rac­cro­cher à une forme incar­née.

Elle tisse une toile de fils lunai­res pour qu’il puisse s’en vêtir, la sen­tir près de lui. Ce que vous aviez vu, était une forme de récolte. Encore que, nous ne som­mes pas cer­tain de ce fait. Par con­tre, nous savons qu’il n’y a que des fils frais d’une nuit qui peu­vent recueillir leurs sali­nes sacrées. Ils y pui­sent de quoi con­ti­nuer à se recréer dans un cycle voué à se répé­ter, une façon d’être maî­tre du des­tin tracé. Un peu comme l’arai­gnée pen­due qui fait bas­cu­ler ce qui la lie au ciel, d’un bord à l’autre. »

L’ermite : « Et pour les per­les phos­pho­res­cen­tes et les chau­ves-sou­ris ? »

La mage : « Je vous racon­te­rai ça une autre fois. Bien que vous devriez avoir com­pris ! Si non, l’impor­tant, juste à com­pren­dre que vous aurez à les écar­ter, en sui­vant votre ins­tinct ! Si vous vou­lez regar­der un peu encore le tis­sage, sen­tir le sens, je vous laisse, je vous attends dehors ! »

L’ermite : « Vous ne comp­tez pas la pro­té­ger ? Oh, la grotte est pro­té­gée ? C’est juste le soir et le matin, aux alen­tours du cré­pus­cule et de l’aube, qu’il y a ris­que ? »

La mage opina et laissa l’ermite médi­ter sur cet ouvrage recom­mencé cha­que jour.

* * * * *
* * * *

Voie d’être

Ins­piré par Les enne­mis jurés http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/les-enne­mis-jures/
et Com­mis­sion men­son­gère http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/com­mis­sion-men­son­gere/
(un peu aussi de l’esprit : Les pau­vres http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/les-pau­vres/
et La garde à vue http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/lagarde-a-vue/ )

Cha­que jour que le grand mys­tère incarné fait,
A tra­vers la danse des astres,
L’être qui ouvre les yeux s’en va dévoi­ler
L’ombre immo­bile de l’âtre.

A tra­vers la danse des astres,
La vérité du che­min de l’uni­vers se décou­vre
Telle une forme à mode­ler que la lumière couve
Au-delà des coins de l’igno­rance faste.

L’être qui ouvre les yeux s’en va dévoi­ler
L’essence de la pous­sière et du vide qui ne se démonte,
Des ato­mes que des ficel­les veu­lent entre­cho­quer,
Récu­pé­rer et façon­ner ce qui pré­juge et compte.

L’ombre immo­bile de l’âtre
Devient éva­nes­cente lors­que l’âme s’aven­ture,
Ouverte à la vie, che­vau­che au cœur du verbe mûr,
A l’essen­tiel du lien, fi des céras­tes.

* * * * *
* * * *

Sur le che­min

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/swim­ming-with-sharks/

Sur le che­min de la ronde, que tous tra­ver­sons,
Petits et grands, sim­ples et tyrans,
Il existe une val­lée de brai­ses, de gla­ces,
Et dans cette val­lée, un abîme sous un fin pont.
Un jour ou l’autre, vient le temps,
Quel­ques pas, et l’être y fait face :
Un tré­sor se dresse à l’hori­zon,
Une source d’argent ou d’éther, c’est selon.

Celui qui décide de ten­ter la tra­ver­sée,
Sans le res­pect du mys­tère, de l’alté­rité,
Affronte l’impré­vi­si­ble qu’il ne peut domp­ter,
Et s’il cher­che à le rai­son­ner à tout prix,
Et s’il ne prend garde, à se croire déjà dans la “Vérité”,
Prêt à ten­ter ou à créer le dan­ger,
Pen­sant qu’est ainsi pro­té­gée sa “Vie”
Ou que quelle que soit l’issue
Il y trou­vera une ouver­ture vers un para­dis,
Il ris­que bien plus que des lam­beaux
Dans le piège ainsi tendu,
A la mesure de l’illu­sion ou de l’aspi­ra­tion :

L’être peut en per­dre le che­min de la mai­son,
Effi­lo­cher son lien à la créa­tion,
Réa­li­ser l’inverse de son sou­hait de fond
Et / ou se noyer, qu’un temps ? , dans les crocs longs.

(Pour être cer­tain d’arri­ver au bout,
Une recette impa­ra­ble : met­tez-vous à l’écoute du grand tout,
Lais­sez-le venir à vous, et peut-être que : http://www.you­tube.com/watch?v=zkUT2GXC9hc )

* * * * *
* * * *

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/07/fai­tes-moi-la-grace/

Ô flamme du coeur, che­min et source du ciel,
telle l’épée for­gée dans les batailles,
le cours et le cou­rant, le vide et la rocaille,
pur­gés pour tou­cher et embras(s)er sub­stan­tiel,

Qu’au jour où les vagues du temps s’échouent
sur les rives de ton éter­nité,
le sort du mor­tel soit doux

Que l’ouver­ture de ton miroir sans reflet (*)
et sur ton âtre vigou­reux (*)
accueille et passe les rayons du radieux

Que sur la table, l’offrande con­som­mée
soit sur la voie de la der­nière pro­phé­tie
faite à un Nabucco assagi

Ô cœur de flamme, ombre et lumière du ciel,
vive dans la danse des astres la joie,
la paix même dans l’affron­te­ment tor­ren­tiel,
et que le malin s’avoue devant ta loi.

(* Per­sonne n’ignore qu’il y a deux entrées par où les opi­nions sont reçues dans l’âme,
qui sont ses deux prin­ci­pa­les puis­san­ces, l’enten­de­ment et la volonté.
- Blaise Pas­cal)

* * * * *
* * * *

L’éter­nel retour

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/06/les-trois-pro­phe­ties/


« Il est un temps fis­si­ble,
Il est un temps invin­ci­ble »

Une créa­ture mar­che sur les sen­tiers froids et humi­des d’un cime­tière, sur une col­line. Dans le ciel, un océan de nuit peu­plé d’une myriade de fleurs de feu. En bas, le vil­lage de son enfance. Au som­met, un indi­ci­ble brouillard dis­si­mu­lant mal une tour.
 
Dans le cime­tière, à cha­que croi­sée, elle, il tombe sur des ombres qui s’agi­tent tout autour de lui, sem­blant prê­tes à vou­loir le dévo­rer. Les pre­miè­res fois, il subit la peur qu’elles lui ins­pi­rent, sans cher­cher à se défen­dre, con­tour­nant fina­le­ment par un che­min de tra­verse. Mais au bout d’un moment, à force de détours, il finit par se retrou­ver à son point de départ. Sou­hai­tant pour­sui­vre son che­min, il se décide à en affron­ter… pour ne rien faire, si ce n’est accep­ter le sort qu’elles lui réser­vent.

Leur fai­sant face, immo­bile, après un assaut d’ombres qui se com­por­tent tel­les celle d’un feu cher­chant à ren­trer dans les flam­mes, elles se trans­for­ment en pierre de néant, col­lées sur son dos. Se sen­tant plus léger, bien que plus lourd à l’exté­rieur, il con­ti­nue alors, croi­sées après croi­sées, jusqu’à la sor­tie. Il se retrouve prêt à faire quel­ques bonds de géant, avec une bosse sur le dos.

Plus loin, en mon­tant, il se retrouve face à une fosse rem­plie d’une eau lumi­neuse. Sûr de lui, il s’y pen­che, y plonge ses jam­bes, et finit par se rou­ler dedans, de sorte qu’une fois sor­tie, à l’air obs­cure, il se retrouve avec une bosse fluo­res­cente, ayant dou­blée de volume.

Les pre­miers pas sui­vant, la créa­ture a une impres­sion d’eupho­rie. Sou­dain, un orage gronde, et quel­ques gout­tes de pluie devien­nent, à ses sens, tem­pête. Au point qu’avant le som­met, elle, il finisse à genoux, mains à terre, à bout de souf­fle. Il reste ainsi quel­ques temps, puis s’allonge sur le dos.

« Il est un temps fria­ble,
Il est un temps bâtis­sa­ble »

Une créa­ture se repose sur les sen­tiers abys­saux et mon­ta­gneux d’un cime­tière inté­rieur. Dans le ciel, tou­jours un océan de nuit peu­plé d’une myriade de fleurs de feu. En bas, le vil­lage peu­plé de ses fan­tô­mes. Au som­met, un pic qui se dresse fiè­re­ment, aux por­tes de l’essence ciel.

Dans le cime­tière, pen­dant que sa bosse se dis­sout, l’indi­ci­ble sem­ble vou­loir l’enve­lop­per. Pour le bien, pour le mal, elle, il ne sau­rait dire, tel­le­ment ses sens sont trou­blés. A mesure qu’il se laisse faire, ses pau­piè­res se font lour­des, et une autre étrange créa­ture, un dra­gon, appa­raît un peu plus loin. Il finit par rugir, rou­vrir les yeux, se remet­tre debout, cou­rir dans sa direc­tion, prêt à l’affron­ter. Mais un peu avant le choc, il change d’avis, puise au fond, tout au fond, et la créa­ture s’éva­nouit, et lui se retrouve allongé sur le dos, non loin du som­met de la col­line.

« Il est un temps de mort,
Il est un temps de renais­sance »

Une créa­ture s’appro­che d’une tour, entou­rée d’un brouillard en train de s’éva­po­rer. Dans le ciel, tou­jours un océan de nuit peu­plé d’une myriade de fleurs de feu. En bas, un autre temps. Non loin, un puits sans fond menant à…

A la sor­tie des sen­tiers per­dus, une créa­ture se dirige vers une porte. Elle, il se met à jouer, le coeur léger, prêt d’autres créa­tu­res bien­veillan­tes. Il ouvre alors la porte, se dirige vers le puits, et fait le voyage sans retour immé­diat, vers un nou­veau corps, la dimen­sion de l’incarné, sur la pla­nète terre.


* * * * *
* * * *

Si vous vou­lez décou­vrir d’autres créa­tions de “Per­sonne”, de l’actrice-artiste qui est aussi rédac­trice-plume-scé­na­riste, cf son site : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/

et sa nou­velle for­mule : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/page-a-gui­chet-ouvert/

Bon été !


mardi, décembre 11 2012

Compilation de poèmes, textes


photo plume

Ci-après, des poè­mes, tex­tes, écrits ins­pi­rés par les / en “écho” aux / créa­tions de Per­sonne : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/

* * * *


Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/maman-je-suis-tombe-du-camion/

- Dis, ton­ton, com­ment je suis né ?

- Eh bien, tu vois, ton papa et ta maman se sont un jour ren­con­trés, des étoi­les sont nées dans leurs yeux, puis un jour, une de ces étoi­les deve­nues filan­tes est pas­sée dans le ciel. Mais c’était pas une étoile filante comme les autres. Au lieu de juste pas­ser et repar­tir, elle est ren­trée dans notre atmo­sphère, et est allée dans le ven­tre de ta mère. Cette étoile filante, c’était toi !

- Et ça lui a fait mal ? Et y avait un peu de mau­vais avec cette filante qui est tombé à côté ? Parce qu’ils se dis­pu­tent de plus en plus sou­vent…

- Un peu au début, mais après elle et ton papa ont été tout con­tents. Ils se dis­pu­tent plus sou­vent ? Pour­quoi ? Je sais pas, quand on est adulte, on a appris beau­coup de mots pour se par­ler, mais des fois, on se com­prend de moins en moins, et puis… y a le quo­ti­dien, tout un tas de fac­teurs, c’est com­pli­qué…

- Vous seriez pas un peu com­pli­qués, vous les adul­tes ?

- Hu hu, peut-être !

- Et com­ment est né mon ami qui a deux papas ? Une étoile filante est tom­bée dans le ven­tre d’un des deux papas ?

- Heu… Tu veux pas plu­tôt que je te des­sine un mou­ton ?! Ou si tu veux, tu m’en des­si­nes un et tu m’expli­ques tout ce qui te passe par la tête ?!

- D’acc ! Je vais des­si­ner et racon­ter…

http://www.you­tube.com/watch?v=FrzN7­JV7Tx4

* * * * *

* * * *

Renais­sance

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/donne-moi-la-force/

Dans le silence mor­ti­fère
de l’alité,
Dans l’ombre
de la vie
qui à l’enfer met,
Se sonde la volonté…

Une fois de ses cen­dres renaît,
Il n’y a plus qu’à se bais­­ser,
Ramas­­ser le glaive maculé
du pur
Et se rele­­ver
con­tre l’infâme en colombe déguisé…

***

Je cher­che…

Sais-tu que l’espoir porté par le prin­temps
Ne peut durer quand les dégui­sés cou­lent sur le vert
Tels des avions qui ont fait plon­ger des tours face con­tre terre
Tels des men­son­ges média­ti­sés qui font se déchaî­ner les élé­ments

J’effleure…

A tra­vers les rideaux s’anime l’air du Temps
Sais-tu que nos jeux d’été se nour­ris­sent d’aimants
On ne devrait gar­der la tête dans les ora­ges fice­lés
On ne devrait lais­ser les sol­dats d’airain aux cimes déga­gées

Je tou­che…

Les feuilles ensan­glan­tées se posent sur tête du pro­me­noir
La menace mor­ti­fère pré­pare sa messe noire
Sais-tu qu’à l’automne se cachent cer­tains anges
Sais-tu que le dia­ble en pro­fite pour tam­bouiller ce qui l’arrange

J’explore…

Aux pieds d’un grand blanc les pay­sa­ges d’ère
Défi­lent comme faran­dole par calame
Les cow­boys télé­gui­dés ne me disent rien qui vaille
Ils dérou­lent leur grand plan qui à des ter­res est infâme

Je fonds…

Une ange fée se pose sur tête du pre­mier et der­nier soir
Agite sa baguette pour faire renaî­tre la force de l’espoir
Elle pré­pare et répare source au soleil du hors temps
Des cen­dres renaît l’épée, le songe du prin­temps…

Sais-tu ?

* * * * *

* * * *


His­toire 2 mou­ches

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/take-fire/

- Quelle mou­che vous a piqué ?

- Ça ne pique pas, une mou­che ! et je n’ai pas été piqué…

- C’est une image ! Et puis, si, cer­tai­nes…

- Une image ça…

- Stop, je sais ce que vous allez dire… Arrê­tez de répli­quer comme ça…

- En fait, c’est vous qui vou­lez me piquer, et plu­sieurs fois en plus ?!

- … Bon… Et sinon… Dans le lait des rêves il tombe tou­jours une mou­che (cita­tion de Ramon Gomez de la Serna).

- Si Noé avait vrai­ment été un sage, il aurait tapé sur ces deux mou­ches (cita­tion de Helen Castle).

- Ah ah ! Vous vou­lez qu’on fasse un duel de cita­tions ?!

- Non, mais là, c’est vous qui me cher­chez !

- Ah ! Vous admet­tez donc ?! Soit, reve­nons à nos mou­ches…

- Elles sont plu­sieurs, main­te­nant ?! Dian­tre, fich­tre, vous devriez inves­tir dans une tapette !

- Vous voilà reparti…

- Non, non, je suis tou­jours là, devant vous !

- … Bon, tou­jours est-il que non, je n’inves­ti­rai point. Je n’ai rien con­tre les mou­ches ! Je pré­fère soi­gner le mal à la racine, les mer…cre­dis qui les attire.

- Si c’était si sim­ple ! Et qu’avez-vous con­tre les mer… cre­dis ? C’est un jour de la semaine, le royaume du milieu en plus ! Vous ne seriez pas raciste ?

- … N’est raciste que le racisme !

- Mais vous admet­tez donc que vous avez une dent con­tre ?

- Si je m’amu­sais à répon­dre comme vous, je vous dirais que mes dents sont dans ma bou­che, et ne peu­vent être con­tre quel­que chose d’exté­rieur !

- Et vous auriez bien rai­son !

- … Hum, bon… Je crois que j’ai ma réponse, c’est la mou­che du lous­tic qui vous a piqué !

- Un mous­ti­que ? En cette sai­son sai­son ? Je vous croyais plus sérieux !

- … Hu hu… Je capi­tule. Fai­sons la paix, vou­lez-vous ?

- Pour­quoi ? Je n’ai pas cher­ché à vous faire la guerre ! Je me suis juste amusé à vous répon­dre ! Ne jouez pas votre Israël !

- … Ah, là, je crois que vous m’avez mou­ché… Je vous laisse le der­nier mot !

- Hmmm… Euh… Quand la mou­che va, tout va ?! Ou… der­rière cha­que mou­che se cache les lar­mes d’une fée qui a fait tom­ber ses ailes ?!

- Je vois pas trop ce que ça veut dire, mais… J’avais dit que je vous lais­sais le der­nier mot… A vous de le choi­sir !

- Hmmm… Quelle mou­che vous a piqué ?!

* * * * *

* * * *

Ten­dre souci

Ins­piré par / réponse à : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/en-phase/

Ô souci, ten­dre souci, dites-nous encor,
Dites-nous l’hori­zon qui trou­ble le regard ;
Capi­taine de notre voile, à nu le for ;
Dites-nous la direc­tion, che­min du phare.

Ô souci, ten­dre souci, voile sans oubli,
Jus­tice de l’émoi, en phase avec l’amarre,
Avec ce qui la cahote, fait notre vie,
Dites-nous l’hori­zon au-delà du regard.

Ô souci, ten­dre souci, dis-moi tout ce feu
Qui brûle sans brû­ler au che­min des hasards,
Ce qui nous divise et devise nos cieux ;
Ren­con­tre de l’Homme avec lui-même, sans fard.

Ô souci, ten­dre souci, dis-moi, souf­fle encor ;
Dis-moi la goutte de rosée, la trou­ble ronde ;
Souf­fle invin­ci­ble qui plume, se joue de mort…
Sais-tu ? Nous t’aimons tel, ami, soleil d’un monde.

* * * * *

* * * *

Divine intros­pec­tion

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/sale-juive/

Divine intros­pec­tion

Revue des états d’âme

Défilé

Des sels et des sucres du passé

Du miel et de l’acide

Du temps d’une attente au ciel dégagé

Du rêve et du cau­che­mar

De l’âme strong à l’Icare…
 

Divine intros­pec­tion

De l’obs­cu­rité aux étoi­les

Âme cher­che sa Lumière

Mais dans la cour du temps

L’ombre des reflets est sou­vent maî­tre

Et la let­tre d’esprit reste morte

Un pas­sant à la besace aux pré­ju­gés

Passe et laisse mau­vaise trace sans se retour­ner…


Divine intros­pec­tion

Revue des états d’âme

Défilé

Des abî­mes et des bonds du passé…

* * * * *

* * * *

Sol­dat Copé-Right

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/cope-right/

Sol­dat Copé-Right, garde à vous !
Ou plu­tôt, non, bais­sez-vous !

Une pompe pour la mécène qui le vaut bien,

Une pompe dans celui qui a lu Aime Paix,

Une pompe pour Sarko,

Une pompe de Poli­chi­nelle,

Une pompe pour l’encarté,

Une pompe pour tous vos pairs,

Une pompe sur le Fillon…

Main­te­nant… Rom­pez ! Vous pou­vez cir­cu­ler, vous affi­cher de pla­teau en pla­teau !



C’est un Copé-Right qui ren­tre dans un café… et plouf !

La ban­que fait ban­que­route…

* * * * *

* * * *

En un lieu sur terre

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/laf­ghane/

En un lieu sur terre,
Encore un,
Les loups cher­chent à assou­vir leur faim,
Pous­sant hom­mes et fem­mes à faire son­ner le fer,
Encore une fois…

En un lieu sur terre,
Pour une foi,
Les loups veu­lent aller au bout de leur plan,
Usent jusqu’aux ficel­les les plus gros­siè­res,
Mais ren­con­trent plus qu’un con­tre­temps…

En un lieu sur terre
Où fem­mes et hom­mes res­tent fiers,
Où même si l’amour y reste sans fron­tiè­res,
Il se tue pour la pro­tec­tion d’une liberté entière ;
Leur eau de vie jaillit de la pous­sière…

En un lieu sur terre,
Les roses du désert
Sont comme d’autres fleurs de chair
Mais résis­tan­tes à la volonté de fer,
Et le prê­cheur des loups tré­passe…

En un lieu sur terre,
Tou­jours pas de con­quê­tes las,
Les maî­tres de l’échi­quier dépla­cent
Des pions étran­gers qui y défi­lent,
Leurs défai­tes s’enfi­lent…

Mais ces loups y façon­nent leur pro­fit,
Car pour eux qu’importe la vie
A laquelle ils n’accor­dent que le prix
D’une solde qui est vouée à l’oubli…

* * * * *

* * * *


Cours d’une renais­sance

Réponse à : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/nietz­sche-en-per­sonne/

* Mon­sieur Aupied Dela­let­tre et madame N. vont visi­ter leur ami mon­sieur Phé­nix. Arri­vés à sa porte, ils voient accro­ché à la poi­gnée un écri­teau blanc où il est écrit en cou­leur cen­dre : « Ne pas déran­ger avant la Renais­sance ! » *

Aupied Dela­let­tre : Euh, il a inventé une super machine à remon­ter le temps qui va tous nous embar­quer à cette épo­que ? En plus, c’est pas toi qui nous avait dit que c’était une escro­que­rie le nom donné à cette période ? Quel c…

N. : … Qui se sait pro­fond  tend vers la clarté ; qui veut le paraî­tre  vers l’obs­cu­rité  ; car la foule tient pour pro­fond tout ce dont elle ne peut voir le fond.

Aupied Dela­let­tre : … J’ai pas com­pris le rap­port ?!

N. : Tout indi­vidu col­la­bore à l’ensem­ble  du cos­mos.

Aupied Dela­let­tre : … mais encore ?

N. : Ah ! Il y a tant de cho­ses entre le ciel  et la terre que les poè­tes sont seuls  à avoir rêvées.

Aupied Dela­let­tre : ? C’est cela, oui…

N. : En vérité, les con­vic­tions  sont plus dan­ge­reu­ses que les men­son­ges.

Aupied Dela­let­tre : … Regarde-moi dans les yeux ! On a pour­tant pas fumé nos ciga­ret­tes Nietz­schèe­nes !

N. : … Entre amis, il est si beau que le silence soit d’or, mais le rire bon et frais l’est beau­coup plus encore.

Aupied Dela­let­tre : … Ah ah ah, je rigole ! Mais si mon rire n’est pas assez frais pour toi, désolé, j’ai rien com­pris…

* A la fin de cet échange dont l’auteur ne sau­rait trop vous dire le sens, un bruit près de la porte se fait enten­dre. Un par­che­min en sort, avec un oeil clair des­siné en haut. Madame N. se baisse et lit les mots à l’ami Aupied Dela­let­tre : *

Aspi­ra­tion à bri­ser

Les chai­nes

Cel­les qui nous divi­sent
Har­mo­nie bri­sent
Atti­sent et pac­ti­sent con­tre vie
Inhi­bent à mau­vais des­sein les fleurs
Nous trou­blent la cha­leur
Esca­mo­tent et font tor­peur
Sur nos corps gra­vent repli.

Pour être libre d’être, d’être un ensem­ble
Pour être libre de sui­vre un che­min sans le mar­ché
Pour être libre de…

P.S. : Tra­vail de Renais­sance pas fini, repas­sez plus tard.

(oki, je sors…)

* * * * *

* * * *

Mirage

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/hal­lu­cino-gene/

Depuis la nuit des jours…

Dans la “lumière” de l’ombre de nos illu­sions
se pro­gram­ment les gènes
qui don­ne­ront corps à l’état per­son­nel et col­lec­tif,
dont rares sont ceux qui arri­vent à s’en décon­nec­ter.

Mirage, ô mirage,
pousse-toi de notre soleil
que nous retrou­vions la vue,
que nos coeurs se libè­rent
des nua­geu­ses pen­sées.

Depuis la nuit de la nuit…

Dans la “lumière” de l’ombre de nos illu­sions,
se cachent les fils, les chaî­nes
du capi­tal à l’écran catho­di­que
au tableau de bord à l’ordre fati­di­que.

Mirage, ô mirage,
pousse-toi de notre soleil,
qu’à défaut de len­de­mains qui chan­tent,
nous puis­sions chan­ter nos len­de­mains ;
car là où il y a gêne, il n’y a pas de “plai­sir” !



(Note : Le mirage en ques­tion con­cerne “ce” qui trou­ble la “vue”, con­cerne ce qui voile notre regard sur l’autre, sur les autres, les pré­ju­gés, notre for­ma­tage, les men­son­ges véhi­cu­lés par les médias de masse, les mani­pu­la­tions, les pro­pa­gan­des diver­ses et variées qui jouent sur la divi­sion du peu­ple, des inté­rêts…)

* * * * *

* * * *

Et s’il suf­fi­sait de. ?

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/la-mau­vaise-nou­velle/

Et s’il suf­fi­sait de. ?
Je panse donc je sens ?
« Heu­reux » de par­ta­ger
un ins­tant, cet ins­tant,
de vous lire,
d’écou­ter,
de regar­der,
comme un bout de pota­ger
com­mun,
où l’on y pousse
une cul­ture
sans pres­ser la faim…
Sans oublier les mal­heurs
du monde,
de la ronde… ?

Et s’il suf­fi­sait de. ?
Nous pan­sons donc nous essens-ons ?
Sans feu à brû­ler,
pour gué­rir de la dou­leur
de chu­tes,
une « heu­reuse » pen­sée
pour les roses bles­sées ;
une « heu­reuse » danse
pour chas­ser le gris des entrailles
et ne plus se tra­cas­ser
pour ce qui a été,
s’ouvrir à ce qui est
et ce qui sera…
Sans oublier les autres,
ce monde
hors de notre ronde… ?

* * * * *

* * * *

Civi­li­sa­tion désan­chan­tée

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/des-mil­lions-de-delais­ses/

Tant d’hom­mes et de fem­mes
Lais­sés sur le car­reau,
Civi­li­sa­tion désan­chan­tée,
Errance d’âmes
Avec ou sans ori­peaux,
Ecra­sés par un non sens mar­chan­disé.

Tant d’hom­mes et de fem­mes
Entre qua­tre murs
Ou qua­tre vents,
A la recher­che d’une flamme,
D’un par­tage, d’une armure,
D’un nou­vel élan…

Tant d’« un homme et une femme »
Pour­tant faits l’un pour l’autre,
Qui pas­sent, trou­blés par jeu des appa­ren­ces, à côté
De ce que les pro­fon­deurs de leur coeur cla­ment,
Per­dus dans une ronde à l’ago­nie, pour cer­tains morte,
Retrou­vés dans un ins­tant fra­gile au goût d’éter­nité…

Tant d’« un homme et une femme »
Des­ti­nés à se croi­ser, sans amour con­som­mer
Au Temps qui joue par­fois sales tours,
Reflets d’états en perte d’âmes,
Aux som­bres con­tours,
Au miroir brisé.

Temps d’une civi­li­sa­tion déchue,
Où les repairs sont à la rue,
Où il arrive que la luci­dité de vie, tue…
Reste l’espoir de ce qui est en mue,
De ces hom­mes et fem­mes qui réveillent le flux,
Aident la Vie à retrou­ver un sens aux nues…

* * * * *

* * * *

Babel or not Babel

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/umma/

* S’avance avec un cou­teau dans une main et une clef dans l’autre *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Il est si dif­fi­cile de com­mu­ni­quer
Quel que soit le bout de terre,
Avec ou sans ailes,
Avec ou sans espoir d’éter­nité…

* S’appro­che un peu plus *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Nous trou­vons dif­fi­ci­le­ment l’accord,
Quel que soit la nature de l’air,
Avec ou sans essence-ciel,
Avec ou sans remords…

* S’age­nouille, pose le cou­teau et la clef devant lui *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Avec cha­cun sa barre dans l’ère,
Que l’on con­ju­gue au sin­gu­lier ou plu­riel,
Nous cher­chons, nous explo­rons,
En essayant de sen­tir une direc­tion…


* Se met à creu­ser un trou *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Trop sou­vent, nous fai­sons cou­ler le fiel
De nos mains et coeurs vou­lant pour­tant bonne roue,
Mais je ne crois pas que le ver soit dans l’uni­vers,
A moins que l’uni­vers soit en ver et con­tre tout ?


* Sem­ble hési­ter entre le cou­teau et la clef *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Nous cher­chons tou­jours à nous défaire
Des chaî­nes qui nous les gèlent…
Mais sans voir que l’on s’en crée sou­vent d’autres,
Avec par­fois le mal, pour soi et/ou pour les autres…


* Met fina­le­ment le cou­teau dans le trou *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Si le ver est vrai­ment dans l’uni­vers,
Alors… envoyons-y un pois­son…
Ou lan­çons-y un hame­çon…


* Tous­sote et rou­git *

Euh… Hum…

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Nous arri­vons rare­ment à trou­ver une voix pour l’ère ;
Cer­tains pré­fè­rent la voie du silence et d’autres des remous ;
Mais tous cher­chent, explo­rent la terre et le ciel,
Et même si en dyshar­mo­nie, nous essayons de faire tour­ner la roue…


* Après un ins­tant d’hési­ta­tion, finit par ajou­ter la clef *

Ô mère, chère mère,
Nous nous cha­maillons sou­vent,
Et nous som­mes pour­tant si désolé
Lors­que nous cons­ta­tons notre enfer…
Et désolé, je le suis pour le mal qu’on t’a fait, de tout temps..
Nous par­don­ne­ras-tu d’avoir si mal fait ?


* Entamme un geste pour met­tre un peu de terre dans le trou, mais s’arrête au-des­sus… et finit par met­tre la terre à côté *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Je ne sais pas ce qui va se pas­ser d’ici à au-delà des mers,
Pour moi, pour les autres, pour nous, pour toi,
Mais j’espère… Et si « dieu » veut bien nous don­ner des ailes,
Peut-être que nous arri­ve­rons à faire enten­dre notre loi… ?


* Se relève, a une larme qui coule sur son visage, se tourne et va se poser dans un coin *

En silence,
Une larme s’échoue,
Tête de terre,
Coeur noué…

En silence,
Le désir d’absolu
Fait face aux rési­dus…

Deuil du par­fait ?
Ou che­min tracé
Vers un pos­si­ble à réa­li­ser ?


* Tourne la tête vers la mère et a un léger sou­rire *

En silence,
Un sou­rire
Offert par l’espoir…



(Note : Il s’agit d’une réponse d’un “guer­rier” à la “mère nation”)

* * * * *

* * * *

Temps d’ego

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/10/lego/

On se cha­maille,
On bataille,
Par­fois pour des mots
On crée des maux,
Fait fuser des bal­les
Ou on empale.

On se cha­maille,
On bataille,
Sou­vent en poin­tant du doigt
Celui qu’on a élu louve ou loup,
Nos gueu­les dans la boue,
Prêt à faire taire tout émoi.

On se cha­maille,
On bataille,
Sou­vent con­tre l’ego de l’autre,
Pen­sant par là flat­ter le nôtre ;
Des mots pour des maux,
On se fait faux.

On se cha­maille,
On bataille,
Par­fois on se fait faux
Au nom de ce que l’on croit vrai,
On se dési­gne un ennemi juré
A en deve­nir sot…

Pen­dant ce temps,
A tourné la ronde…
Et alors qu’on vou­lait, dans l’élan,
Don­ner le meilleur de notre sang,
On a fait que pié­ti­ner la rose du monde ;
Ses yeux embués… parce qu’on s’est fait méchants…

Pen­dant ce temps,
Se change le monde…
Et alors qu’on prê­chait la pru­dence de l’élan,
On a laissé de côté notre flamme féconde ;
En criant au loup, on s’est fait loup ;
L’ego a pris le pas sur le coeur, à être en moue.

Pen­dant ce temps,
A tourné la ronde…
Et alors qu’on vou­lait ver­ser nos tri­pes
Pour met­tre fin à tout ce qui gronde,
On a – pres­que – mis nos rêves en fri­pes,
Brisé de l’autre et de soi l’élan.

Pen­dant ce temps,
Se change le monde…
On s’est bataillés,
On s’est cha­maillés,
Alors qu’on vou­lait, au-delà des mots, la paix,
Alors qu’au fond, de tout un cha­cun,
On ne sou­haite - à com­men­cer par soi ? - que le bien…

Bien à toi,
Bien à vous,
Bien à nous,
Et vive cette « loi »…



(Note : En écri­vant “on”, je pen­sais à ceux qui aime­raient bien chan­ger le monde mais jet­tent l’ana­thème sur une artiste, par con­tu­mace, par méprise, aveu­glés par leur théo­rie, et qui au final ne font rien de bien cons­truc­tif pour leur / une cause)

* * * * *

* * * *

Intros­pec­tion autom­nale

(un de mes “vieux” poè­mes dont j’ai rafraî­chi quel­ques vers pour l’occa­sion)

En réponse à : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/10/per­mis-dexis­ter/

Regarde la pluie, regarde l’hiver,
Il pleut des ombres
Sur des yeux de terre,
Envie de feu à faire fon­dre.

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Regarde la pluie, regarde le prin­temps,
Avec la céleste, l’art rose fleu­rit
Sur la ville d’un Nou­garo entraî­nant,
Envie de m’y join­dre en cati­mini.

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Regarde la pluie, regarde l’été,
Le ciel se brise sous éclai­rés
Et le vert crame sur le par­vis,
Envie d’un bain d’étoi­les à la lie.

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Regarde la pluie, regarde l’hors-sai­son,
Les mys­tè­res défi­lent sur le dôme de créa­tion,
De l’aigre et du doux s’entre­mê­lent en la lumière,
Envie d’bario­ler les sta­tues et chan­ger de débar­ca­dère.

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Regarde la pluie, regarde l’automne,
Il pleut du rouge au vent
Là où les bran­ches sont mor­nes,
Des coeurs cher­chent à dérou­ler le Temps.

Et pour­tant…
Ah, par­don, nous y som­mes, ardents !

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Envie de tour­ner les pages du grand livre de la vie,
D’un repas sur les cra­tè­res sans pres­ser la faim,
De trou­ver la recette pour l’incar­na­tion de rêves unis,
Que l’augure espé­rance devienne de nos mains…

* * * * *

* * * *


* Autres der­niers écrits : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/le-jour­nal-de-pas­cal/

* A lire, d’autres plu­mes : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/les-mas­ques/

* A regar­der, pour com­pren­dre la démar­che de l’Artiste, de Per­sonne :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/je-suis-et-je-ne-suis-per­sonne/


* A lire L’art comme Per­sonne ou la cons­truc­tion du sens : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/lart-comme-per­sonne-ou-la-cons­truc­tion-du-sens/

* A voir, d’autres des créa­tions de Per­sonne (plus récen­tes en haut) : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/cate­gory/jour­nal/


Bonne fin d’année 2012 !

Pas­cal