Blog littéraire, artistique de Pascal Lamachère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, décembre 4 2014

Poèmes, vidéos I am Malcolm X et La mort de Baudelaire du journal de Personne


I am Mal­colm X




I am Mal­colm X : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/12/mal­colm-x/

Un regard sur du monde, des che­mins liés
Sous un ciel cou­vert, dans une trame cen­drée,
Des tom­bes ouver­tes par les faits de l’his­toire
Cau­sent l’écou­le­ment d’une rivière au brû­loir

Au cœur d’un enfant là-bas, d’un autre ici,
Et d’un ailleurs avec son peu­ple dont on fait des droits,
Une graine de pous­sière à peine fleu­rie
Sur les brai­ses de l’huma­nité noir­cie, en proie

Un regard sur du monde, abysse d’une mer,
Fra­grance de l’infini sous l’effet de terre,
Incarne les mots des lin­ceuls sou­mis aux flots,
De souf­fles tom­bés, par­tis sur la voie du cos­mos

Au cœur des sans issue à l’ins­tant déclamé,
Au sort dans les mains de puis­san­ces exté­rieu­res,
Des jours et nuits assom­bris res­tent éle­vés,
Mais l’esprit Mal­colm se dresse à gra­ver les heu­res.


La mort de Bau­de­laire




La mort de Bau­de­laire : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2014/11/la-mort-de-bau­de­laire/

Un abat de cen­dres tombe par l’embra­sure
Sur le grand bra­sier vif, goutte à goutte.
Se des­sine des roses d’ébène sur les murs,
A cette heure où s’ouvre la soute ;

Le cœur plonge, remonte,
Pareil à la pointe d’une plume,
Suit le rythme des vagues jusqu’à l’écume,
Et là, par une secousse, empreinte l’éponte ;

Ô capi­taine !, le pavillon hissé,
La grande voile sur les vers,
Que la brise du germe de l’uni­vers
Porte la voie mys­té­rieuse ancrée ;

Un abat d’eau tombe par l’embra­sure
Sur les pages tour­nées, goutte à goutte,
Puis se grave l’impal­pa­ble qui s’écoute,
Ténè­bres et rou­geoyants sur la ner­vure.

© Pas­­cal Lama­­chère

* * * * * * *

D’autres vidéos de Per­sonne à appré­cier sur Le jour­nal de Per­sonne : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com

Témoi­gnage de Bill Clin­ton devenu quasi végé­ta­lien, péti­tion con­tre le foie gras, recet­tes pour les fêtes, arti­cles sur le soja, con­seils santé, asso­cia­tions ali­men­tai­res etc., vidéos diver­ses com­pi­lées sur l’arti­cle et en com­men­tai­res :
Le chan­ge­ment par l’assiette : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/02/le-chan­ge­ment-par-las­siette-p-lama­chere/

vendredi, juillet 12 2013

Explorations poétiques de l'être


L’être ailleurs

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/02/le-monde-vir­tuel/

L’être ailleurs, navi­gue, écla­boussé par les embruns de l’océan des rêveurs…
Une pierre, un pay­sage, une nature, loin de la cité aux feux caden­cés où des pas de loups façon­nent le ter­rain…
Un reflet, un hori­zon, un voyage vers l’impal­pa­ble, l’inconnu, l’impré­vi­si­ble, où se côtoient les astres mor­do­rés et les mor­su­res de la glace…

Un hiver, une nuit, dans le cime­tière des esprits, il glissa à vue. Il allait entre cha­vire et vogue au large de la galère ter­res­tre.
En cause, deux ques­tions lan­ci­nan­tes que posait le sphinx de la brume : Quel feu suis-je ? Quel feu es-tu ?
S’il trou­vait la réponse, l’être ailleurs pour­rait pour­sui­vre vers la clai­rière des for­mes vivan­tes…

« Le feu charme, corps en transe,
Le feu danse, bois cha­vi­rent,
Le feu brûle, let­tres de cen­dres,
Le feu étoilé, dou­ble mesure, enfants joueurs,
Le feu joueur, les joues éti­rées en cou­leur,
Le feu ato­mise, matière désar­ti­cu­lée…

Tu es le feu éter­nel, qui jamais ne s’éteint, jamais ne brûle, éclaire la nuit et le jour sans jamais briller, l’étin­celle d’un autre feu, peut-être du mien.
Je suis le feu qui peut réu­nir des feux, qui jamais ne brûle, éclaire la nuit et le jour sans jamais éclai­rer les pay­sa­ges mais je peux peut-être me con­su­mer ! »

L’être ailleurs n’eut d’écho à ce qu’il venait d’expri­mer, si ce n’est qu’il reprit le cours de la glis­sade et s’échoua sur la terre embau­mée. Un peu écor­ché, il se releva et pour­sui­vit.

Un hiver, une nuit…

* * * * *
* * * *

Êtres aimants

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/07/tout-est-a-recom­men­cer/

Sur la pla­nète Dé Sisy­phe, dans l’antre des astres, après avoir fran­chi le seuil, dans une sorte de cou­loir don­nant sur une immense cavité, une mage gar­dienne expli­qua à un ermite sa fonc­tion dans le grand manège.
 
La mage : « Cha­que nuit, notre lune se trans­forme en arai­gnée, des­cend par la grande ouver­ture tout, tout en haut, dans la salle cen­trale, au-des­sus du petit lac d’eau, là-bas ! Vous voyez le fai­ble filet de lumière ? »

L’ermite fit oui de la tête, fas­ciné par le spec­ta­cle qui se dérou­lait devant ses yeux, près de la berge oppo­sée : un corps de lumière pure en train de dan­ser, tout en agi­tant autour de lui des lames de feu, cou­pant au pas­sage des fils qu’il dis­tin­guait à peine.

La mage : « Elle tisse une toile pour y dépo­ser ses der­niè­res lar­mes à l’aube, après avoir recueilli les pre­miè­res du feu suprême, la source de tout souf­fle et de toute magie ici, même de celle de l’ombre. »

L’ermite : « Je… C’est lui, là-bas ? S’il se mani­feste ainsi, tou­jours ici, il ne ris­que pas d’être cap­turé ? Et com­ment fait-il pour en même temps éclai­rer ailleurs ? Et pour­quoi sem­ble-t-il cou­per la toile ? »

La mage : « Lon­gue his­toire… Pour vous la faire courte… Deux aimants, au début des temps, dans l’ère du néant des incar­nés ; Romero de la famille des âmes de feu, et Juli­nette de celle des divi­ni­tés des dimen­sions, des for­mes. Deux famil­les enne­mies, des pou­voirs com­plé­men­tai­res et anta­go­nis­tes. Les deux avaient trouvé la voie de l’équi­li­bre, mais lors­que leur des­sein a été décou­vert, ils ont été mau­dits par le con­seil de leur famille res­pec­tive. Du moins, ils l’auraient été tota­le­ment, si la source du grand tout, le cou­ple des for­ces ori­gi­nel­les, n’avait insuf­flé de la clé­mence dans l’ire. C’est ainsi qu’un jour, quel­ques temps après le com­men­ce­ment des temps, dans la for­ma­tion de l’uni­vers incarné, la pro­jec­tion des élé­ments, Romero devint la source de notre astre de vie, soli­taire, et Juli­nette notre lune, con­dam­née à ne pou­voir pro­fi­ter que du reflet, ou pres­que… »

L’ermite : « Oh, c’est de là d’où est tiré le conte pour pre­miers mages ? »

La mage : « Tout à fait ! »

L’ermite : « Merci pour votre his­toire, mais cela ne répond pas vrai­ment à mes ques­tions ! »

La mage : « Je vais y venir… »

Alors que la mage et l’ermite s’étaient rap­pro­chés de l’eau, que le corps de lumière n’était plus très loin, il devint tout à coup éva­nes­cent, jusqu’à lais­ser place à la nuit quel­ques bat­te­ments plus tard, et d’étran­ges per­les phos­pho­res­cen­tes à terre, là où il s’était tenu avant de dis­pa­raî­tre. L’ermite, trou­blé par l’air étrange qu’il avait sem­blé voir se des­si­ner sur le visage de Romero au moment fati­di­que, n’y prêta pas trop atten­tion, se posa à terre, la tête levée en direc­tion de l’ouver­ture d’où l’arai­gnée devait appa­raî­tre.

La mage : « Nous y voilà ! »

La mage se mit dans une pos­ture de com­bat, sor­tit un bâton de sa man­che lon­gue, et fit face à une nuée de chau­ves-sou­ris qui sem­blè­rent être appa­rues de nulle part et cher­cher à attra­per les per­les. Elle réus­sit à repous­ser tou­tes cel­les qui s’appro­chaient de trop près, sous le regard admi­ra­tif de l’ermite qui avait détourné sa mire. Les autres pour­sui­vi­rent leur che­min vers un cou­loir sur le côté droit.

La mage : « C’est ce que vous devrez faire les jours pro­chains, pen­dant mon absence ! »

L’ermite : « Il fau­dra que vous m’expli­quiez aussi le pour­quoi du com­ment ! »

La mage : « Je suis cer­taine que vous pou­vez com­pren­dre par vous-même ! »

L’ermite : « Vous me sures­ti­mez peut-être ? Mais expli­quez-moi quand même, au cas-où ! Je ne vois pas la logi­que, la rai­son… »

La mage : « Ah ! La rai­son… Tout ceci néces­site de l’intui­tion… Du moins, d’être à l’écoute de cer­tains sens ! Gar­der cette grotte sacrée, être le témoin de la danse entre deux sor­tes de divi­ni­tés dis­tan­tes comme si elles étaient pro­ches, recom­men­cer cha­que cycle avec la même éphé­mé­rité tout en le vivant comme si c’était éter­nel… apprend beau­coup sur l’impor­tance de l’ins­tant, sur ce que l’on déroule pour se for­ger sans s’arrê­ter figé à l’inté­rieur de l’antre des regrets. Vous ver­rez ! »

L’ermite, les yeux levés vers l’arai­gnée qui était apparu et com­men­çait à des­cen­dre vers le cen­tre: « Oh, ça, je pense l’avoir déjà vu, mais peut-être pas suf­fi­sam­ment pour l’inté­grer, l’appli­quer… »

La mage : « Qu’avez-vous res­senti juste avant d’entrer ici ? »

L’ermite : « Une sen­sa­tion étrange. Joie et tris­tesse mêlées, mais sur­tout des efflu­ves d’un je ne sais quoi d’auguste à pro­té­ger de tout l’être. Un je ne sais quoi qui est peut-être l’essence du ciel, de la vie ? Plus impor­tant que les mots pour le nom­mer : le lien qui nous y relie ? Plus impor­tant que le dire : ce qu’il y a au-delà de son reflet, ce qui le fait naî­tre et mou­rir, comme un fil soudé ? »

La mage : « Cela ne devrait-il pas vous suf­fire ? »

L’ermite : « Pour l’action, oui, mais pour ma curio­sité… »

La mage com­mença son expli­ca­tion, pen­dant que l’arai­gnée aux yeux de crois­sants de lune entama le retis­sage de sa toile, en com­men­çant par le bas de la grotte, à l’opposé, après avoir bas­culé d’avant en arrière de sorte à pou­voir à se lâcher au-des­sus du rivage : « Bien, alors, euh, vous vous deman­diez pour les ris­ques. Lui, impos­si­ble qu’il soit cap­turé. Il n’y a que la magie pour l’attein­dre, et aucun mage, aussi téné­breux soit-il, n’y aurait inté­rêt, ne pour­rait s’en ser­vir à ses pro­pres fins, et même un mage vou­lant taire toute magie, ne le pour­rait. Tout au plus l’affai­blir un peu après avoir rejoint les désin­car­nés. Il ne craint rien…

Si notre astre de feu et la lune peu­vent pren­dre forme sans dis­pa­raî­tre du ciel, c’est tout sim­ple­ment que c’est un peu comme si c’était leur anima. Et par con­tre, elle, ses yeux vont jusqu’à reflé­ter comme on la voit dans le ciel, et elle pour­rait être tuée. Enfin, son corps. Son anima serait alors errante dans l’air jusqu’à la fin des temps, sans plus pou­voir sen­tir la pré­sence de l’autre, sans pou­voir se rac­cro­cher à une forme incar­née.

Elle tisse une toile de fils lunai­res pour qu’il puisse s’en vêtir, la sen­tir près de lui. Ce que vous aviez vu, était une forme de récolte. Encore que, nous ne som­mes pas cer­tain de ce fait. Par con­tre, nous savons qu’il n’y a que des fils frais d’une nuit qui peu­vent recueillir leurs sali­nes sacrées. Ils y pui­sent de quoi con­ti­nuer à se recréer dans un cycle voué à se répé­ter, une façon d’être maî­tre du des­tin tracé. Un peu comme l’arai­gnée pen­due qui fait bas­cu­ler ce qui la lie au ciel, d’un bord à l’autre. »

L’ermite : « Et pour les per­les phos­pho­res­cen­tes et les chau­ves-sou­ris ? »

La mage : « Je vous racon­te­rai ça une autre fois. Bien que vous devriez avoir com­pris ! Si non, l’impor­tant, juste à com­pren­dre que vous aurez à les écar­ter, en sui­vant votre ins­tinct ! Si vous vou­lez regar­der un peu encore le tis­sage, sen­tir le sens, je vous laisse, je vous attends dehors ! »

L’ermite : « Vous ne comp­tez pas la pro­té­ger ? Oh, la grotte est pro­té­gée ? C’est juste le soir et le matin, aux alen­tours du cré­pus­cule et de l’aube, qu’il y a ris­que ? »

La mage opina et laissa l’ermite médi­ter sur cet ouvrage recom­mencé cha­que jour.

* * * * *
* * * *

Voie d’être

Ins­piré par Les enne­mis jurés http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/les-enne­mis-jures/
et Com­mis­sion men­son­gère http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/com­mis­sion-men­son­gere/
(un peu aussi de l’esprit : Les pau­vres http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/les-pau­vres/
et La garde à vue http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/lagarde-a-vue/ )

Cha­que jour que le grand mys­tère incarné fait,
A tra­vers la danse des astres,
L’être qui ouvre les yeux s’en va dévoi­ler
L’ombre immo­bile de l’âtre.

A tra­vers la danse des astres,
La vérité du che­min de l’uni­vers se décou­vre
Telle une forme à mode­ler que la lumière couve
Au-delà des coins de l’igno­rance faste.

L’être qui ouvre les yeux s’en va dévoi­ler
L’essence de la pous­sière et du vide qui ne se démonte,
Des ato­mes que des ficel­les veu­lent entre­cho­quer,
Récu­pé­rer et façon­ner ce qui pré­juge et compte.

L’ombre immo­bile de l’âtre
Devient éva­nes­cente lors­que l’âme s’aven­ture,
Ouverte à la vie, che­vau­che au cœur du verbe mûr,
A l’essen­tiel du lien, fi des céras­tes.

* * * * *
* * * *

Sur le che­min

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/05/swim­ming-with-sharks/

Sur le che­min de la ronde, que tous tra­ver­sons,
Petits et grands, sim­ples et tyrans,
Il existe une val­lée de brai­ses, de gla­ces,
Et dans cette val­lée, un abîme sous un fin pont.
Un jour ou l’autre, vient le temps,
Quel­ques pas, et l’être y fait face :
Un tré­sor se dresse à l’hori­zon,
Une source d’argent ou d’éther, c’est selon.

Celui qui décide de ten­ter la tra­ver­sée,
Sans le res­pect du mys­tère, de l’alté­rité,
Affronte l’impré­vi­si­ble qu’il ne peut domp­ter,
Et s’il cher­che à le rai­son­ner à tout prix,
Et s’il ne prend garde, à se croire déjà dans la “Vérité”,
Prêt à ten­ter ou à créer le dan­ger,
Pen­sant qu’est ainsi pro­té­gée sa “Vie”
Ou que quelle que soit l’issue
Il y trou­vera une ouver­ture vers un para­dis,
Il ris­que bien plus que des lam­beaux
Dans le piège ainsi tendu,
A la mesure de l’illu­sion ou de l’aspi­ra­tion :

L’être peut en per­dre le che­min de la mai­son,
Effi­lo­cher son lien à la créa­tion,
Réa­li­ser l’inverse de son sou­hait de fond
Et / ou se noyer, qu’un temps ? , dans les crocs longs.

(Pour être cer­tain d’arri­ver au bout,
Une recette impa­ra­ble : met­tez-vous à l’écoute du grand tout,
Lais­sez-le venir à vous, et peut-être que : http://www.you­tube.com/watch?v=zkUT2GXC9hc )

* * * * *
* * * *

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/07/fai­tes-moi-la-grace/

Ô flamme du coeur, che­min et source du ciel,
telle l’épée for­gée dans les batailles,
le cours et le cou­rant, le vide et la rocaille,
pur­gés pour tou­cher et embras(s)er sub­stan­tiel,

Qu’au jour où les vagues du temps s’échouent
sur les rives de ton éter­nité,
le sort du mor­tel soit doux

Que l’ouver­ture de ton miroir sans reflet (*)
et sur ton âtre vigou­reux (*)
accueille et passe les rayons du radieux

Que sur la table, l’offrande con­som­mée
soit sur la voie de la der­nière pro­phé­tie
faite à un Nabucco assagi

Ô cœur de flamme, ombre et lumière du ciel,
vive dans la danse des astres la joie,
la paix même dans l’affron­te­ment tor­ren­tiel,
et que le malin s’avoue devant ta loi.

(* Per­sonne n’ignore qu’il y a deux entrées par où les opi­nions sont reçues dans l’âme,
qui sont ses deux prin­ci­pa­les puis­san­ces, l’enten­de­ment et la volonté.
- Blaise Pas­cal)

* * * * *
* * * *

L’éter­nel retour

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/06/les-trois-pro­phe­ties/


« Il est un temps fis­si­ble,
Il est un temps invin­ci­ble »

Une créa­ture mar­che sur les sen­tiers froids et humi­des d’un cime­tière, sur une col­line. Dans le ciel, un océan de nuit peu­plé d’une myriade de fleurs de feu. En bas, le vil­lage de son enfance. Au som­met, un indi­ci­ble brouillard dis­si­mu­lant mal une tour.
 
Dans le cime­tière, à cha­que croi­sée, elle, il tombe sur des ombres qui s’agi­tent tout autour de lui, sem­blant prê­tes à vou­loir le dévo­rer. Les pre­miè­res fois, il subit la peur qu’elles lui ins­pi­rent, sans cher­cher à se défen­dre, con­tour­nant fina­le­ment par un che­min de tra­verse. Mais au bout d’un moment, à force de détours, il finit par se retrou­ver à son point de départ. Sou­hai­tant pour­sui­vre son che­min, il se décide à en affron­ter… pour ne rien faire, si ce n’est accep­ter le sort qu’elles lui réser­vent.

Leur fai­sant face, immo­bile, après un assaut d’ombres qui se com­por­tent tel­les celle d’un feu cher­chant à ren­trer dans les flam­mes, elles se trans­for­ment en pierre de néant, col­lées sur son dos. Se sen­tant plus léger, bien que plus lourd à l’exté­rieur, il con­ti­nue alors, croi­sées après croi­sées, jusqu’à la sor­tie. Il se retrouve prêt à faire quel­ques bonds de géant, avec une bosse sur le dos.

Plus loin, en mon­tant, il se retrouve face à une fosse rem­plie d’une eau lumi­neuse. Sûr de lui, il s’y pen­che, y plonge ses jam­bes, et finit par se rou­ler dedans, de sorte qu’une fois sor­tie, à l’air obs­cure, il se retrouve avec une bosse fluo­res­cente, ayant dou­blée de volume.

Les pre­miers pas sui­vant, la créa­ture a une impres­sion d’eupho­rie. Sou­dain, un orage gronde, et quel­ques gout­tes de pluie devien­nent, à ses sens, tem­pête. Au point qu’avant le som­met, elle, il finisse à genoux, mains à terre, à bout de souf­fle. Il reste ainsi quel­ques temps, puis s’allonge sur le dos.

« Il est un temps fria­ble,
Il est un temps bâtis­sa­ble »

Une créa­ture se repose sur les sen­tiers abys­saux et mon­ta­gneux d’un cime­tière inté­rieur. Dans le ciel, tou­jours un océan de nuit peu­plé d’une myriade de fleurs de feu. En bas, le vil­lage peu­plé de ses fan­tô­mes. Au som­met, un pic qui se dresse fiè­re­ment, aux por­tes de l’essence ciel.

Dans le cime­tière, pen­dant que sa bosse se dis­sout, l’indi­ci­ble sem­ble vou­loir l’enve­lop­per. Pour le bien, pour le mal, elle, il ne sau­rait dire, tel­le­ment ses sens sont trou­blés. A mesure qu’il se laisse faire, ses pau­piè­res se font lour­des, et une autre étrange créa­ture, un dra­gon, appa­raît un peu plus loin. Il finit par rugir, rou­vrir les yeux, se remet­tre debout, cou­rir dans sa direc­tion, prêt à l’affron­ter. Mais un peu avant le choc, il change d’avis, puise au fond, tout au fond, et la créa­ture s’éva­nouit, et lui se retrouve allongé sur le dos, non loin du som­met de la col­line.

« Il est un temps de mort,
Il est un temps de renais­sance »

Une créa­ture s’appro­che d’une tour, entou­rée d’un brouillard en train de s’éva­po­rer. Dans le ciel, tou­jours un océan de nuit peu­plé d’une myriade de fleurs de feu. En bas, un autre temps. Non loin, un puits sans fond menant à…

A la sor­tie des sen­tiers per­dus, une créa­ture se dirige vers une porte. Elle, il se met à jouer, le coeur léger, prêt d’autres créa­tu­res bien­veillan­tes. Il ouvre alors la porte, se dirige vers le puits, et fait le voyage sans retour immé­diat, vers un nou­veau corps, la dimen­sion de l’incarné, sur la pla­nète terre.


* * * * *
* * * *

Si vous vou­lez décou­vrir d’autres créa­tions de “Per­sonne”, de l’actrice-artiste qui est aussi rédac­trice-plume-scé­na­riste, cf son site : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/

et sa nou­velle for­mule : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/page-a-gui­chet-ouvert/

Bon été !


mardi, décembre 11 2012

Compilation de poèmes, textes


photo plume

Ci-après, des poè­mes, tex­tes, écrits ins­pi­rés par les / en “écho” aux / créa­tions de Per­sonne : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/

* * * *


Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/maman-je-suis-tombe-du-camion/

- Dis, ton­ton, com­ment je suis né ?

- Eh bien, tu vois, ton papa et ta maman se sont un jour ren­con­trés, des étoi­les sont nées dans leurs yeux, puis un jour, une de ces étoi­les deve­nues filan­tes est pas­sée dans le ciel. Mais c’était pas une étoile filante comme les autres. Au lieu de juste pas­ser et repar­tir, elle est ren­trée dans notre atmo­sphère, et est allée dans le ven­tre de ta mère. Cette étoile filante, c’était toi !

- Et ça lui a fait mal ? Et y avait un peu de mau­vais avec cette filante qui est tombé à côté ? Parce qu’ils se dis­pu­tent de plus en plus sou­vent…

- Un peu au début, mais après elle et ton papa ont été tout con­tents. Ils se dis­pu­tent plus sou­vent ? Pour­quoi ? Je sais pas, quand on est adulte, on a appris beau­coup de mots pour se par­ler, mais des fois, on se com­prend de moins en moins, et puis… y a le quo­ti­dien, tout un tas de fac­teurs, c’est com­pli­qué…

- Vous seriez pas un peu com­pli­qués, vous les adul­tes ?

- Hu hu, peut-être !

- Et com­ment est né mon ami qui a deux papas ? Une étoile filante est tom­bée dans le ven­tre d’un des deux papas ?

- Heu… Tu veux pas plu­tôt que je te des­sine un mou­ton ?! Ou si tu veux, tu m’en des­si­nes un et tu m’expli­ques tout ce qui te passe par la tête ?!

- D’acc ! Je vais des­si­ner et racon­ter…

http://www.you­tube.com/watch?v=FrzN7­JV7Tx4

* * * * *

* * * *

Renais­sance

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/donne-moi-la-force/

Dans le silence mor­ti­fère
de l’alité,
Dans l’ombre
de la vie
qui à l’enfer met,
Se sonde la volonté…

Une fois de ses cen­dres renaît,
Il n’y a plus qu’à se bais­­ser,
Ramas­­ser le glaive maculé
du pur
Et se rele­­ver
con­tre l’infâme en colombe déguisé…

***

Je cher­che…

Sais-tu que l’espoir porté par le prin­temps
Ne peut durer quand les dégui­sés cou­lent sur le vert
Tels des avions qui ont fait plon­ger des tours face con­tre terre
Tels des men­son­ges média­ti­sés qui font se déchaî­ner les élé­ments

J’effleure…

A tra­vers les rideaux s’anime l’air du Temps
Sais-tu que nos jeux d’été se nour­ris­sent d’aimants
On ne devrait gar­der la tête dans les ora­ges fice­lés
On ne devrait lais­ser les sol­dats d’airain aux cimes déga­gées

Je tou­che…

Les feuilles ensan­glan­tées se posent sur tête du pro­me­noir
La menace mor­ti­fère pré­pare sa messe noire
Sais-tu qu’à l’automne se cachent cer­tains anges
Sais-tu que le dia­ble en pro­fite pour tam­bouiller ce qui l’arrange

J’explore…

Aux pieds d’un grand blanc les pay­sa­ges d’ère
Défi­lent comme faran­dole par calame
Les cow­boys télé­gui­dés ne me disent rien qui vaille
Ils dérou­lent leur grand plan qui à des ter­res est infâme

Je fonds…

Une ange fée se pose sur tête du pre­mier et der­nier soir
Agite sa baguette pour faire renaî­tre la force de l’espoir
Elle pré­pare et répare source au soleil du hors temps
Des cen­dres renaît l’épée, le songe du prin­temps…

Sais-tu ?

* * * * *

* * * *


His­toire 2 mou­ches

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/take-fire/

- Quelle mou­che vous a piqué ?

- Ça ne pique pas, une mou­che ! et je n’ai pas été piqué…

- C’est une image ! Et puis, si, cer­tai­nes…

- Une image ça…

- Stop, je sais ce que vous allez dire… Arrê­tez de répli­quer comme ça…

- En fait, c’est vous qui vou­lez me piquer, et plu­sieurs fois en plus ?!

- … Bon… Et sinon… Dans le lait des rêves il tombe tou­jours une mou­che (cita­tion de Ramon Gomez de la Serna).

- Si Noé avait vrai­ment été un sage, il aurait tapé sur ces deux mou­ches (cita­tion de Helen Castle).

- Ah ah ! Vous vou­lez qu’on fasse un duel de cita­tions ?!

- Non, mais là, c’est vous qui me cher­chez !

- Ah ! Vous admet­tez donc ?! Soit, reve­nons à nos mou­ches…

- Elles sont plu­sieurs, main­te­nant ?! Dian­tre, fich­tre, vous devriez inves­tir dans une tapette !

- Vous voilà reparti…

- Non, non, je suis tou­jours là, devant vous !

- … Bon, tou­jours est-il que non, je n’inves­ti­rai point. Je n’ai rien con­tre les mou­ches ! Je pré­fère soi­gner le mal à la racine, les mer…cre­dis qui les attire.

- Si c’était si sim­ple ! Et qu’avez-vous con­tre les mer… cre­dis ? C’est un jour de la semaine, le royaume du milieu en plus ! Vous ne seriez pas raciste ?

- … N’est raciste que le racisme !

- Mais vous admet­tez donc que vous avez une dent con­tre ?

- Si je m’amu­sais à répon­dre comme vous, je vous dirais que mes dents sont dans ma bou­che, et ne peu­vent être con­tre quel­que chose d’exté­rieur !

- Et vous auriez bien rai­son !

- … Hum, bon… Je crois que j’ai ma réponse, c’est la mou­che du lous­tic qui vous a piqué !

- Un mous­ti­que ? En cette sai­son sai­son ? Je vous croyais plus sérieux !

- … Hu hu… Je capi­tule. Fai­sons la paix, vou­lez-vous ?

- Pour­quoi ? Je n’ai pas cher­ché à vous faire la guerre ! Je me suis juste amusé à vous répon­dre ! Ne jouez pas votre Israël !

- … Ah, là, je crois que vous m’avez mou­ché… Je vous laisse le der­nier mot !

- Hmmm… Euh… Quand la mou­che va, tout va ?! Ou… der­rière cha­que mou­che se cache les lar­mes d’une fée qui a fait tom­ber ses ailes ?!

- Je vois pas trop ce que ça veut dire, mais… J’avais dit que je vous lais­sais le der­nier mot… A vous de le choi­sir !

- Hmmm… Quelle mou­che vous a piqué ?!

* * * * *

* * * *

Ten­dre souci

Ins­piré par / réponse à : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/en-phase/

Ô souci, ten­dre souci, dites-nous encor,
Dites-nous l’hori­zon qui trou­ble le regard ;
Capi­taine de notre voile, à nu le for ;
Dites-nous la direc­tion, che­min du phare.

Ô souci, ten­dre souci, voile sans oubli,
Jus­tice de l’émoi, en phase avec l’amarre,
Avec ce qui la cahote, fait notre vie,
Dites-nous l’hori­zon au-delà du regard.

Ô souci, ten­dre souci, dis-moi tout ce feu
Qui brûle sans brû­ler au che­min des hasards,
Ce qui nous divise et devise nos cieux ;
Ren­con­tre de l’Homme avec lui-même, sans fard.

Ô souci, ten­dre souci, dis-moi, souf­fle encor ;
Dis-moi la goutte de rosée, la trou­ble ronde ;
Souf­fle invin­ci­ble qui plume, se joue de mort…
Sais-tu ? Nous t’aimons tel, ami, soleil d’un monde.

* * * * *

* * * *

Divine intros­pec­tion

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/sale-juive/

Divine intros­pec­tion

Revue des états d’âme

Défilé

Des sels et des sucres du passé

Du miel et de l’acide

Du temps d’une attente au ciel dégagé

Du rêve et du cau­che­mar

De l’âme strong à l’Icare…
 

Divine intros­pec­tion

De l’obs­cu­rité aux étoi­les

Âme cher­che sa Lumière

Mais dans la cour du temps

L’ombre des reflets est sou­vent maî­tre

Et la let­tre d’esprit reste morte

Un pas­sant à la besace aux pré­ju­gés

Passe et laisse mau­vaise trace sans se retour­ner…


Divine intros­pec­tion

Revue des états d’âme

Défilé

Des abî­mes et des bonds du passé…

* * * * *

* * * *

Sol­dat Copé-Right

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/cope-right/

Sol­dat Copé-Right, garde à vous !
Ou plu­tôt, non, bais­sez-vous !

Une pompe pour la mécène qui le vaut bien,

Une pompe dans celui qui a lu Aime Paix,

Une pompe pour Sarko,

Une pompe de Poli­chi­nelle,

Une pompe pour l’encarté,

Une pompe pour tous vos pairs,

Une pompe sur le Fillon…

Main­te­nant… Rom­pez ! Vous pou­vez cir­cu­ler, vous affi­cher de pla­teau en pla­teau !



C’est un Copé-Right qui ren­tre dans un café… et plouf !

La ban­que fait ban­que­route…

* * * * *

* * * *

En un lieu sur terre

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/laf­ghane/

En un lieu sur terre,
Encore un,
Les loups cher­chent à assou­vir leur faim,
Pous­sant hom­mes et fem­mes à faire son­ner le fer,
Encore une fois…

En un lieu sur terre,
Pour une foi,
Les loups veu­lent aller au bout de leur plan,
Usent jusqu’aux ficel­les les plus gros­siè­res,
Mais ren­con­trent plus qu’un con­tre­temps…

En un lieu sur terre
Où fem­mes et hom­mes res­tent fiers,
Où même si l’amour y reste sans fron­tiè­res,
Il se tue pour la pro­tec­tion d’une liberté entière ;
Leur eau de vie jaillit de la pous­sière…

En un lieu sur terre,
Les roses du désert
Sont comme d’autres fleurs de chair
Mais résis­tan­tes à la volonté de fer,
Et le prê­cheur des loups tré­passe…

En un lieu sur terre,
Tou­jours pas de con­quê­tes las,
Les maî­tres de l’échi­quier dépla­cent
Des pions étran­gers qui y défi­lent,
Leurs défai­tes s’enfi­lent…

Mais ces loups y façon­nent leur pro­fit,
Car pour eux qu’importe la vie
A laquelle ils n’accor­dent que le prix
D’une solde qui est vouée à l’oubli…

* * * * *

* * * *


Cours d’une renais­sance

Réponse à : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/nietz­sche-en-per­sonne/

* Mon­sieur Aupied Dela­let­tre et madame N. vont visi­ter leur ami mon­sieur Phé­nix. Arri­vés à sa porte, ils voient accro­ché à la poi­gnée un écri­teau blanc où il est écrit en cou­leur cen­dre : « Ne pas déran­ger avant la Renais­sance ! » *

Aupied Dela­let­tre : Euh, il a inventé une super machine à remon­ter le temps qui va tous nous embar­quer à cette épo­que ? En plus, c’est pas toi qui nous avait dit que c’était une escro­que­rie le nom donné à cette période ? Quel c…

N. : … Qui se sait pro­fond  tend vers la clarté ; qui veut le paraî­tre  vers l’obs­cu­rité  ; car la foule tient pour pro­fond tout ce dont elle ne peut voir le fond.

Aupied Dela­let­tre : … J’ai pas com­pris le rap­port ?!

N. : Tout indi­vidu col­la­bore à l’ensem­ble  du cos­mos.

Aupied Dela­let­tre : … mais encore ?

N. : Ah ! Il y a tant de cho­ses entre le ciel  et la terre que les poè­tes sont seuls  à avoir rêvées.

Aupied Dela­let­tre : ? C’est cela, oui…

N. : En vérité, les con­vic­tions  sont plus dan­ge­reu­ses que les men­son­ges.

Aupied Dela­let­tre : … Regarde-moi dans les yeux ! On a pour­tant pas fumé nos ciga­ret­tes Nietz­schèe­nes !

N. : … Entre amis, il est si beau que le silence soit d’or, mais le rire bon et frais l’est beau­coup plus encore.

Aupied Dela­let­tre : … Ah ah ah, je rigole ! Mais si mon rire n’est pas assez frais pour toi, désolé, j’ai rien com­pris…

* A la fin de cet échange dont l’auteur ne sau­rait trop vous dire le sens, un bruit près de la porte se fait enten­dre. Un par­che­min en sort, avec un oeil clair des­siné en haut. Madame N. se baisse et lit les mots à l’ami Aupied Dela­let­tre : *

Aspi­ra­tion à bri­ser

Les chai­nes

Cel­les qui nous divi­sent
Har­mo­nie bri­sent
Atti­sent et pac­ti­sent con­tre vie
Inhi­bent à mau­vais des­sein les fleurs
Nous trou­blent la cha­leur
Esca­mo­tent et font tor­peur
Sur nos corps gra­vent repli.

Pour être libre d’être, d’être un ensem­ble
Pour être libre de sui­vre un che­min sans le mar­ché
Pour être libre de…

P.S. : Tra­vail de Renais­sance pas fini, repas­sez plus tard.

(oki, je sors…)

* * * * *

* * * *

Mirage

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/hal­lu­cino-gene/

Depuis la nuit des jours…

Dans la “lumière” de l’ombre de nos illu­sions
se pro­gram­ment les gènes
qui don­ne­ront corps à l’état per­son­nel et col­lec­tif,
dont rares sont ceux qui arri­vent à s’en décon­nec­ter.

Mirage, ô mirage,
pousse-toi de notre soleil
que nous retrou­vions la vue,
que nos coeurs se libè­rent
des nua­geu­ses pen­sées.

Depuis la nuit de la nuit…

Dans la “lumière” de l’ombre de nos illu­sions,
se cachent les fils, les chaî­nes
du capi­tal à l’écran catho­di­que
au tableau de bord à l’ordre fati­di­que.

Mirage, ô mirage,
pousse-toi de notre soleil,
qu’à défaut de len­de­mains qui chan­tent,
nous puis­sions chan­ter nos len­de­mains ;
car là où il y a gêne, il n’y a pas de “plai­sir” !



(Note : Le mirage en ques­tion con­cerne “ce” qui trou­ble la “vue”, con­cerne ce qui voile notre regard sur l’autre, sur les autres, les pré­ju­gés, notre for­ma­tage, les men­son­ges véhi­cu­lés par les médias de masse, les mani­pu­la­tions, les pro­pa­gan­des diver­ses et variées qui jouent sur la divi­sion du peu­ple, des inté­rêts…)

* * * * *

* * * *

Et s’il suf­fi­sait de. ?

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/la-mau­vaise-nou­velle/

Et s’il suf­fi­sait de. ?
Je panse donc je sens ?
« Heu­reux » de par­ta­ger
un ins­tant, cet ins­tant,
de vous lire,
d’écou­ter,
de regar­der,
comme un bout de pota­ger
com­mun,
où l’on y pousse
une cul­ture
sans pres­ser la faim…
Sans oublier les mal­heurs
du monde,
de la ronde… ?

Et s’il suf­fi­sait de. ?
Nous pan­sons donc nous essens-ons ?
Sans feu à brû­ler,
pour gué­rir de la dou­leur
de chu­tes,
une « heu­reuse » pen­sée
pour les roses bles­sées ;
une « heu­reuse » danse
pour chas­ser le gris des entrailles
et ne plus se tra­cas­ser
pour ce qui a été,
s’ouvrir à ce qui est
et ce qui sera…
Sans oublier les autres,
ce monde
hors de notre ronde… ?

* * * * *

* * * *

Civi­li­sa­tion désan­chan­tée

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/des-mil­lions-de-delais­ses/

Tant d’hom­mes et de fem­mes
Lais­sés sur le car­reau,
Civi­li­sa­tion désan­chan­tée,
Errance d’âmes
Avec ou sans ori­peaux,
Ecra­sés par un non sens mar­chan­disé.

Tant d’hom­mes et de fem­mes
Entre qua­tre murs
Ou qua­tre vents,
A la recher­che d’une flamme,
D’un par­tage, d’une armure,
D’un nou­vel élan…

Tant d’« un homme et une femme »
Pour­tant faits l’un pour l’autre,
Qui pas­sent, trou­blés par jeu des appa­ren­ces, à côté
De ce que les pro­fon­deurs de leur coeur cla­ment,
Per­dus dans une ronde à l’ago­nie, pour cer­tains morte,
Retrou­vés dans un ins­tant fra­gile au goût d’éter­nité…

Tant d’« un homme et une femme »
Des­ti­nés à se croi­ser, sans amour con­som­mer
Au Temps qui joue par­fois sales tours,
Reflets d’états en perte d’âmes,
Aux som­bres con­tours,
Au miroir brisé.

Temps d’une civi­li­sa­tion déchue,
Où les repairs sont à la rue,
Où il arrive que la luci­dité de vie, tue…
Reste l’espoir de ce qui est en mue,
De ces hom­mes et fem­mes qui réveillent le flux,
Aident la Vie à retrou­ver un sens aux nues…

* * * * *

* * * *

Babel or not Babel

Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/umma/

* S’avance avec un cou­teau dans une main et une clef dans l’autre *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Il est si dif­fi­cile de com­mu­ni­quer
Quel que soit le bout de terre,
Avec ou sans ailes,
Avec ou sans espoir d’éter­nité…

* S’appro­che un peu plus *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Nous trou­vons dif­fi­ci­le­ment l’accord,
Quel que soit la nature de l’air,
Avec ou sans essence-ciel,
Avec ou sans remords…

* S’age­nouille, pose le cou­teau et la clef devant lui *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Avec cha­cun sa barre dans l’ère,
Que l’on con­ju­gue au sin­gu­lier ou plu­riel,
Nous cher­chons, nous explo­rons,
En essayant de sen­tir une direc­tion…


* Se met à creu­ser un trou *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Trop sou­vent, nous fai­sons cou­ler le fiel
De nos mains et coeurs vou­lant pour­tant bonne roue,
Mais je ne crois pas que le ver soit dans l’uni­vers,
A moins que l’uni­vers soit en ver et con­tre tout ?


* Sem­ble hési­ter entre le cou­teau et la clef *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Nous cher­chons tou­jours à nous défaire
Des chaî­nes qui nous les gèlent…
Mais sans voir que l’on s’en crée sou­vent d’autres,
Avec par­fois le mal, pour soi et/ou pour les autres…


* Met fina­le­ment le cou­teau dans le trou *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Si le ver est vrai­ment dans l’uni­vers,
Alors… envoyons-y un pois­son…
Ou lan­çons-y un hame­çon…


* Tous­sote et rou­git *

Euh… Hum…

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Nous arri­vons rare­ment à trou­ver une voix pour l’ère ;
Cer­tains pré­fè­rent la voie du silence et d’autres des remous ;
Mais tous cher­chent, explo­rent la terre et le ciel,
Et même si en dyshar­mo­nie, nous essayons de faire tour­ner la roue…


* Après un ins­tant d’hési­ta­tion, finit par ajou­ter la clef *

Ô mère, chère mère,
Nous nous cha­maillons sou­vent,
Et nous som­mes pour­tant si désolé
Lors­que nous cons­ta­tons notre enfer…
Et désolé, je le suis pour le mal qu’on t’a fait, de tout temps..
Nous par­don­ne­ras-tu d’avoir si mal fait ?


* Entamme un geste pour met­tre un peu de terre dans le trou, mais s’arrête au-des­sus… et finit par met­tre la terre à côté *

Ô mère, chère mère,
Babel or not Babel,
Je ne sais pas ce qui va se pas­ser d’ici à au-delà des mers,
Pour moi, pour les autres, pour nous, pour toi,
Mais j’espère… Et si « dieu » veut bien nous don­ner des ailes,
Peut-être que nous arri­ve­rons à faire enten­dre notre loi… ?


* Se relève, a une larme qui coule sur son visage, se tourne et va se poser dans un coin *

En silence,
Une larme s’échoue,
Tête de terre,
Coeur noué…

En silence,
Le désir d’absolu
Fait face aux rési­dus…

Deuil du par­fait ?
Ou che­min tracé
Vers un pos­si­ble à réa­li­ser ?


* Tourne la tête vers la mère et a un léger sou­rire *

En silence,
Un sou­rire
Offert par l’espoir…



(Note : Il s’agit d’une réponse d’un “guer­rier” à la “mère nation”)

* * * * *

* * * *

Temps d’ego

Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/10/lego/

On se cha­maille,
On bataille,
Par­fois pour des mots
On crée des maux,
Fait fuser des bal­les
Ou on empale.

On se cha­maille,
On bataille,
Sou­vent en poin­tant du doigt
Celui qu’on a élu louve ou loup,
Nos gueu­les dans la boue,
Prêt à faire taire tout émoi.

On se cha­maille,
On bataille,
Sou­vent con­tre l’ego de l’autre,
Pen­sant par là flat­ter le nôtre ;
Des mots pour des maux,
On se fait faux.

On se cha­maille,
On bataille,
Par­fois on se fait faux
Au nom de ce que l’on croit vrai,
On se dési­gne un ennemi juré
A en deve­nir sot…

Pen­dant ce temps,
A tourné la ronde…
Et alors qu’on vou­lait, dans l’élan,
Don­ner le meilleur de notre sang,
On a fait que pié­ti­ner la rose du monde ;
Ses yeux embués… parce qu’on s’est fait méchants…

Pen­dant ce temps,
Se change le monde…
Et alors qu’on prê­chait la pru­dence de l’élan,
On a laissé de côté notre flamme féconde ;
En criant au loup, on s’est fait loup ;
L’ego a pris le pas sur le coeur, à être en moue.

Pen­dant ce temps,
A tourné la ronde…
Et alors qu’on vou­lait ver­ser nos tri­pes
Pour met­tre fin à tout ce qui gronde,
On a – pres­que – mis nos rêves en fri­pes,
Brisé de l’autre et de soi l’élan.

Pen­dant ce temps,
Se change le monde…
On s’est bataillés,
On s’est cha­maillés,
Alors qu’on vou­lait, au-delà des mots, la paix,
Alors qu’au fond, de tout un cha­cun,
On ne sou­haite - à com­men­cer par soi ? - que le bien…

Bien à toi,
Bien à vous,
Bien à nous,
Et vive cette « loi »…



(Note : En écri­vant “on”, je pen­sais à ceux qui aime­raient bien chan­ger le monde mais jet­tent l’ana­thème sur une artiste, par con­tu­mace, par méprise, aveu­glés par leur théo­rie, et qui au final ne font rien de bien cons­truc­tif pour leur / une cause)

* * * * *

* * * *

Intros­pec­tion autom­nale

(un de mes “vieux” poè­mes dont j’ai rafraî­chi quel­ques vers pour l’occa­sion)

En réponse à : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/10/per­mis-dexis­ter/

Regarde la pluie, regarde l’hiver,
Il pleut des ombres
Sur des yeux de terre,
Envie de feu à faire fon­dre.

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Regarde la pluie, regarde le prin­temps,
Avec la céleste, l’art rose fleu­rit
Sur la ville d’un Nou­garo entraî­nant,
Envie de m’y join­dre en cati­mini.

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Regarde la pluie, regarde l’été,
Le ciel se brise sous éclai­rés
Et le vert crame sur le par­vis,
Envie d’un bain d’étoi­les à la lie.

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Regarde la pluie, regarde l’hors-sai­son,
Les mys­tè­res défi­lent sur le dôme de créa­tion,
De l’aigre et du doux s’entre­mê­lent en la lumière,
Envie d’bario­ler les sta­tues et chan­ger de débar­ca­dère.

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Regarde la pluie, regarde l’automne,
Il pleut du rouge au vent
Là où les bran­ches sont mor­nes,
Des coeurs cher­chent à dérou­ler le Temps.

Et pour­tant…
Ah, par­don, nous y som­mes, ardents !

[ Et pour­tant nous som­mes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bour­ses qui cara­co­lent,
Du monde qui cher­che à rebon­dir en fond. ]

Envie de tour­ner les pages du grand livre de la vie,
D’un repas sur les cra­tè­res sans pres­ser la faim,
De trou­ver la recette pour l’incar­na­tion de rêves unis,
Que l’augure espé­rance devienne de nos mains…

* * * * *

* * * *


* Autres der­niers écrits : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/le-jour­nal-de-pas­cal/

* A lire, d’autres plu­mes : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/les-mas­ques/

* A regar­der, pour com­pren­dre la démar­che de l’Artiste, de Per­sonne :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/11/je-suis-et-je-ne-suis-per­sonne/


* A lire L’art comme Per­sonne ou la cons­truc­tion du sens : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/lart-comme-per­sonne-ou-la-cons­truc­tion-du-sens/

* A voir, d’autres des créa­tions de Per­sonne (plus récen­tes en haut) : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/cate­gory/jour­nal/


Bonne fin d’année 2012 !

Pas­cal

jeudi, mai 14 2009

Une histoire de Plum-Orum, du rififi printanier sur le forum culturel (littéraire, artistique, loisirs...)


Il était un (plus tout à fait) jeune homme qui se prélassait dans son hamac, au bord d’une rive.
Les flocons avaient fondu en goûtes d’eau, les bougeons étaient devenus des fleurs ou des perles vertes, le ciel gris clairsemé de crins de feu, mais la plupart des habitants hibernaient encore dans leur grotte, les vortex voyageurs faits pour amener les surfeurs en ce lieu n’étaient plus activés par les gardiens et les « abris blablas », les salles délaissées, non foulées prenaient la poussière, s’engorgeaient de silence.
Alors qu’il s’éveilla à un jour nouveau, le plus-tout-à-fait-jeune-homme, appelons le Orum, fut chatouillé. Le temps que le signal fasse le tour de son cortex, un goéland aurait eu le temps de faire sa migration, toujours est-il qu’il finit par sauter de sa couche suspendue. Il vit, là où étaient ses pieds quelques rires plus tôt, sa plume en plein émoi.

- Plume, ma plume, dis-moi ce qui… Commença à demander Orum en s’étirant.
- Fsssht ! Passhh Afshht suchtt quicht jucht ! [Traduction pour les non initiés : Bouge toi l’encre ! L’air printanier a enfin débouché les pores des fonds marins et le gardien Paix Hache Pé est enfin sorti de son hibernation. Il est prêt à guider les brises, les vagues et les embarcations à bon port ! (oui, tout ça en quelques mots ! si si !)] le coupa court la plume.
- Hey ! J’avais des parchemins à… Bon d’accord… L’entame de protestation du plus-tout-à-fait-jeune homme fondit devant la plume guillerette qui lui chatouillait maintenant les mains.

Sur cette résolution, Orum entreprit de faire, en profondeur, l’état des lieux…

Après avoir fait le tour de l’île, laissé la plume ancrer quelques idées, ses desideratas, il convoqua les gardiens Paix Hache Pé et Bébé. Le plus-tout-à-fait-jeune-homme voulait s’assurer qu’ils étaient prêts à user de leur magie pour appliquer le menu printanier…

De la réunion faite en haut de la montagne aux nuages, il en ressortit qu’ils semblaient être prêts à dépasser ses espérances, mais une ombre planait encore sur la vie en ces lieux. Les attaques des robots de l’espace et des missives volantes sans porteurs ne pouvaient être totalement contenues. N’ayant pas le choix, si ce n’est d’accepter de faire avec ou de fermer les portes à ceux qui auraient du mal à lire les panneaux-bouées, Orum décida de faire tout ce qui était en son pouvoir pour accueillir au mieux les visiteurs et servir les intérêts des habitants. Aussitôt pensé, la cohorte entreprit d’appliquer le plan du grand nettoyage de printemps, de placer une nouvelle urne et une nouvelle estrade afin de recueillir les avis de tout un chacun… et d’envoyer des missives vortex afin de guider les curieux et les âmes désireuses de se partager sur cette terre.

Cliquez ici pour accéder au forum « généraliste » (littéraire, artistique, culturel…)

Cliquez ici (puis cliquez sur « J’accepte ces conditions ») pour vous y inscrire si vous voulez joindre vos paroles (IMPORTANT : évitez de vous inscrire avec une adresse hotmail. Le système mis en place par Microsoft ne tolère pas du tout les envois depuis les forums hébergés chez free.fr et cela a pour conséquence un blocage total : vous ne recevrez même pas dans le dossier spam le message permettant d’activer le compte, de compléter le profil et surtout de participer aux conversations).

Post-Scriptum : Une fois en règle avec les gardiens, grâce à leur magie, vous pourrez personnaliser différents paramètres (cliquez ici), passer par l’estrade de présentation (cliquez ici) et donner votre avis sur les « activités » de ce forum… pardon, de cette île (cliquez ici).

jeudi, novembre 6 2008

Introspection automnale


Introspection automnale

Regarde la pluie, regarde l’hiver,
Il pleut des ombres
Sur mes yeux de terre,
Envie de feu à faire fondre.

[ Et pourtant nous sommes qu’en automne,
Celui de la mort des anges,
Des bourses qui caracolent,
Du monde qui révolutionne en rond.
] [refrain]

Regarde la pluie, regarde le printemps,
Avec la céleste, l’art rose fleurit
Sur la ville d’un Nougaro entraînant,
Envie de m’y joindre en catimini.

[refrain]

Regarde la pluie, regarde l’été,
Le ciel se brise sous éclairés
Et le vert crame sur le parvis,
Envie d’un bain d’étoiles à la lie.

[refrain]

Regarde la pluie, regarde l’hors-saison,
Les mystères défilent sur le dôme de création,
De l’aigre et du doux s’entremêlent en la lumière,
Envie d’barioler les statues et changer de débarcadère.
 
[refrain]

Regarde la pluie, regarde l’automne,
Il pleut du café au lait
Là où les rouges sont mornes,
L’Emmanuelle est partie en paix.

Et pourtant…
Ah, pardon, nous y sommes, ardents !

[refrain]

Envie de tourner les pages du grand livre de la vie,
D’un repas sur les cratères sans presser la fin,
D’être contaminé par l’ivresse des grands Unis,
Que l’augure espérance devienne dès demain.

© Pascal Lamachère – 4-5 novembre 2008

samedi, juin 28 2008

Jeu de vers, une histoire de poème collectif


Oyez, oyez !

Vous pouvez, comme mentionné dans le blabla explicatif des notes concernées, toujours participer aux autres jeux de plume mais j’ai une nouvelle mission d’écriture à vous proposer.

Objectif collectif : écrire le plus long poème possible en respectant les consignes et en essayant de garder un contenu cohérent malgré elles.

Consignes : écrire un vers de 7 à 14 syllabes en reprenant le « thème » donné par le dernier mot du précédent vers et en faisant une rime avec un des deux précédents si ils ne riment pas avec un déjà écrit. Par exemple le premier et le second n’ont pas à se soucier de la rime, mais si le deuxième ne rime pas avec le premier, alors le troisième doit faire une rime avec le premier ou le deuxième. Et si le deuxième rime avec le premier, alors le troisième n’a pas à se soucier de la rime. En ce qui concerne le « thème » donné par le dernier mot du précédent, l’idée est d’écrire un vers sur ce qu’il vous inspirera, tout en essayant de garder une « continuité », le fil avec ce qui aura été écrit jusqu’à votre contribution. Prêt(e) à relever la mission ? A votre plume !

Si vous avez besoin d’un éclaircissement, vous pouvez poser une question en commentaire sans « claviarder » de contribution, et si vous en avez l’élan, vous pouvez participer à chaque fois qu’un autre poète vous précède.


Contenu du poème collectif à « ce jour » :

La lumière du ciel lève un jour nouveau
Sur la ville qui s’étire - premiers rayons.
Les embarras des rues rythment nos saisons,
Un rêve s’écoule dans le caniveau…

Entre l’asphalte et les égouts, se lave l’hier,
Le béton du présent rêve d’un avenir vert
Où pousseraient mains et roues sans polluer,
sans envoyer au ciel ces immondes fumées.

L’urbaine croule sous un feu insomniaque,


Note : Pour le continuer, participer, il vous faut utiliser le système de commentaire du blog, cliquez ici.

vendredi, décembre 24 2004

Présentation

montage photographique pieds rêveurs vers bond lunaire, pieds en dessous de la lune

Par­ler de moi n’est pas mon “dada”, mais je vais ten­ter de me prê­ter au “jeu”…

Pour com­men­cer, je me pré­sente : Pas­cal Lama­chère, né en fin d’année 1976. J’habite quel­que part sur un nuage céleste entre la lune et la terre, au-des­sus d’une ville fran­çaise, dans l’agglo­mé­ra­tion de celle sur­nom­mée “la ville rose”.

J’aime écrire (poé­sie, con­tes, nou­vel­les etc.), la musi­que (j’ai des goûts assez éclec­ti­ques, mais mes oreilles ont une pré­fé­rence pour la chan­son fran­co­phone, celle dite inter­na­tio­nale, pour le rock, la musi­que clas­si­que, les ban­des ori­gi­na­les de films, les musi­ques irlan­dai­ses, d’ins­pi­ra­tions cel­ti­ques/bre­ton­nes), le web, le cinéma, les séries et tout.

Pour déve­lop­per un peu, mes pre­miè­res let­tres étaient cel­les de l’alpha­bet, comme tout le monde en fait… Mes pre­miers mots datent de la même épo­que. C’étaient ceux que l’on devait copier comme un per­ro­quet pour appren­dre à mieux les com­pren­dre et les manier ; rien de bien pal­pi­tant en somme. Mes pre­miers écrits étaient tour­nés vers la poé­sie, les con­tes, l’écri­ture de scé­na­rios ins­pi­rés de bds. Là, mon aven­ture à tra­vers les bul­les d’encre, les pay­sa­ges let­trés pre­nait son envole… C’était déjà un peu plus inté­res­sant, plus… “gri­sant” ; enfin, pour moi. Pour les yeux des pre­miers lec­teurs cobayes, je n’en suis pas cer­tain ;op. Puis, de fil en aiguille, j’ai laissé ma plume s’envo­ler, voler, la lais­sant se gui­der au grès du vent, de l’ins­pi­ra­tion, en essayant de façon­ner, de pétrir avec un peu plus d’ardeur mes scri­bouilla­ges, vou­lant ren­dre au mieux, res­ter le plus fidèle pos­si­ble aux voya­ges à tra­vers les abys­ses, les cieux, le bain d’ima­gi­naire. Main­te­nant, j’écris beau­coup en me lais­sant habi­ter par les mélo­dies que j’écoute, et si je m’oriente vers l’écri­ture de romans, j’écris de temps en temps des scé­na­rios de ban­des des­si­nées et de films (courts et longs-métra­ges), des piè­ces de théâ­tre - du moins je m’y essaye - et je con­ti­nue d’écrire des poè­mes, des tex­tes qui seront peut-être un jour trans­for­més en chan­sons.

Côté édi­tion, publi­ca­tion, j’ai fait publier cer­tains poè­mes dans des maga­si­nes ama­teurs, un alma­nach, ma plume a été con­viée à une antho­lo­gie poé­ti­que que vous pou­vez com­man­der “ici” et j’ai com­pilé un cer­tain nom­bre de mes écrits dans une sorte de recueil que vous pou­vez télé­char­ger / com­man­der ici : http://laplu­mette.free.fr

Tout com­men­taire cons­truc­tif de votre part sera le bien­venu, mais j’espère avant tout que vous avez appré­cié / appré­cie­rez votre plon­gée dans quel­ques-unes de mes bul­les let­trées… Et à ce pro­pos, pour vous bala­der sur le blog, flâ­ner à tra­vers les « notes », vous avez les caté­go­ries du menu en haut, à droite, ou vous pou­vez aussi lire les notes-tex­tes des plus récen­tes aux plus ancien­nes via la page d’accueil en cli­quant sur [ billets pré­cé­dents] qui se trouve juste en-des­sous de la der­nière d’une page (« action » qu’il vous fau­dra aussi faire sur les autres rubri­ques si ce qui s’y trouve vous inté­resse et qu’il y a suf­fi­sam­ment de « notes » pour « ouvrir » d’autres pages)…

Ah ! j’allais oublier. Pour le côté créa­tions visuel­les, pho­to­gra­phies, je prends des pho­tos en ama­teur, sou­vent à la va vite, de ce qui m’ins­pire, de ce qui attire mon oeil, mon cœur, mon esprit. J’en fais le plus sou­vent pos­si­ble un sup­port à ma muse, quel­ques mots illus­trés, une pen­sée pal­pa­ble, une his­toire gra­vée en image. J’essaye­rai d’appro­fon­dir mes bala­des pho­to­gra­phi­ques, afin de vous offrir de zolies ima­ges, des ima­ges « mar­quan­tes ».

Et en par­lant d’efforts, je doute d’arri­ver à un bon niveau en des­sins. Aussi, si vous sou­hai­tez voir de beaux des­sins en lieu et place de mes « immon­di­ces / gri­bouillis », vous savez ce qu’il vous reste à faire ;op.

Enfin, si vous êtes écri­vain, si la plume vous cha­touille, si vous aimez user du cla­vier, ou si vous êtes des­si­na­teur, com­po­si­teur, chan­teur et cae­tera… Toute pro­po­si­tion de col­la­bo­ra­tion sera la bien­ve­nue !

Pour tout con­tact, pour toute requête vous avez le “for­mu­laire de con­tact” à dis­po­si­tion (n’oubliez pas de men­tion­ner l’objet de votre mes­sage).

Notes :

- Mes tex­tes, pho­tos, des­sins sont “dépo­sés”, “pro­té­gés”, sous ©, mais j’accèpte en géné­ral, avec plai­sir, qu’ils soient repris. Sauf que pour ça, je sou­haite que l’on me demande la per­mis­sion avant de repren­dre du con­tenu et merci de citer la source, faire un lien quand vous pre­nez de mes créa­tions/écrits/pho­tos, après l’auto­ri­sa­tion.

- pour télé­char­ger / com­man­der mon recueil : http://laplu­mette.free.fr

- Forum cul­tu­rel, loi­sirs, pas­sions (lit­té­ra­ture, jeux vidéo, His­toire, science, infor­ma­ti­que, cinéma, musi­que…) : http://leplu­mo­rum.free.fr

- Si vous êtes des­si­na­teur / trice, savez des­si­ner, êtes prêt(e) à user du crayon, de la palette gra­phi­que : je recher­che un/des crayon/s pour un/des pro­jets de bds et de comic strips : http://leplu­mo­rum.free.fr/view­to­pic.php?t=94

- Pour ren­trer en con­tact avec moi sur un tchat, dia­lo­gue en “direct” etc :
* Mon face face­book (lien vers la page de demande “d’ami­tié”/”d’ajout” ) : http://fr-fr.face­book.com/peo­ple/Pas­cal_Lama­chere/1132252801
* msn : pas­cal.lama­che­re@g­mail.com
* ym : pas­ca­lou_bilou@ya­hoo.fr

* irc : (néces­site un logi­ciel du type mirc, trillian, que vous pou­vez télé­char­ger gra­tui­te­ment sur le site http://www.tele­char­ger.com ) nom du ser­veur : chat.fan­ta­sya.org - Port : 6667 - Chan­nel : #sur­les­nua­ges­du­net

Notez que vous pou­vez aussi vous con­nec­ter sur le tchat, le salon, depuis la page du forum dédiée : cli­quez ici - http://sur-les-nua­ges.forum­de­dis­cus­sions.com/Bavar­doire-h3.html

page 2 de 2 -