Bon­jour !

Ci-après, quel­ques-uns de mes poè­mes ins­pi­rés des créa­tions de Per­sonne.

* Pour ceux qui auraient man­qué la pré­cé­dente note ou qui hési­taient à faire le pas mais ne l’ont pas encore fait, vous pour­rez voir la bande annonce, l’entrée en matière de Cal­las­ni­kov sur la page de la cam­pa­gne : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/cam­pa­gne-de-sou­tien-du-film-de-per­sonne-sur-la-cal­las-cal­las­ni­kov-pre­vente-dac­ces-et-copro­duc­teur-dona­teur/

Pour ceux qui décou­vri­raient Per­sonne et son jour­nal, vous trou­ve­rez plus de 1000 billets-vidéos sur la chaîne you­tube : http://www.you­tube.com/user/lejour­nal­de­per­sonne
Et sur Le jour­nal de Per­sonne : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com

Sur le site du ciné, vous trou­ve­rez les billets plus ou moins récents, le filmIl était une Foi… Gaza” (que j’ai pour ma part beau­coup aimé) dont le gui­chet a été ouvert : http://www.infos­ce­na­rio­de­per­sonne.com/gui­chet-film-etait-foi-gaza/

et aussi un forum : http://www.infos­ce­na­rio­de­per­sonne.com/

Ceux qui appré­cie­ront le(s) film(s), ont les moyens pour, sou­hai­tent sou­te­nir l’artiste de talents qu’est Per­sonne, peu­vent, en plus de par­ti­ci­per à la cam­pa­gne de sou­tien, offrir un ou plu­sieurs “billets sus­pen­dus” à des incon­nus, sur le prin­cipe des cafés sus­pen­dus. Voir la der­nière news­let­ter du jour­nal : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/?wysija-page=1&con­trol­ler=email&action=view&email_id=121


* Ensuite, je vous invite à décou­vrir Mylo­nite, un auteur-com­po­si­teur, à tra­vers une de ses chan­sons : Save Our Souls : https://sound­cloud.com/mylo­nite/save-ours-souls-mylo­nite

Autres chan­sons sur : https://sound­cloud.com/mylo­nite

Page Face­book : https://www.face­book.com/mylo­ni­te­re­cordz­pro­duc­tion


* Enfin, quel­ques arti­cles, docs :

- Con­fé­rence ges­ti­cu­lée - Réseau Sala­riat : https://www.you­tube.com/watch?v=EC0­Cr2Yy­qiw

- “Je ne pen­sais pas un jour être végé­ta­rienne, ni même végé­ta­lienne. Et puis j’ai décou­vert l’enfer des éle­va­ges indus­triels et j’ai arrêté de faire sem­blant en man­geant. Ce n’est pas que je n’aimais pas le viande, le pois­son, ou le fro­mage, au con­traire, j’appré­ciais ces cho­ses, mais il a fallu faire un choix et j’ai opté pour un mode de vie plus éthi­que, sans cada­vres. Mon pas­sage au végé­ta­lisme a été beau­coup plus facile que je ne le pen­sais. Il fait dire que je m’y suis pré­pa­rée, sans pres­sion, et que je me suis équi­pée pour mon mode de vie vegan, en rem­plis­sant notam­ment mes pla­cards de sub­sti­tuts aux pro­duits lai­tiers et aux œufs.” : http://auver­ta­ve­clili.fr/par-quoi-rem­pla­cer/

- Sport et ali­men­ta­tion végé­ta­rienne : http://www.vege­ta­risme.fr/pour­quoi-etre-vege­ta­rien/sport/

- Loca­vore, végé­ta­lien : quels impacts posi­tifs sur le cli­mat ? : http://www.vege­ta­risme.fr/impact-cli­mat/

- Adam : le jour où je suis devenu végé­ta­rien : http://blog.l214.com/2015/07/14/je-suis-devenu-vege­ta­rien-temoi­gnage

- Sport et véga­nisme : encore un record pour Scott Jurek ! : http://blog.l214.com/Scott-Jurek-vegan-trail-Appa­la­ches

- Le régime “éco-végé­ta­rien” selon le Point : http://www.wegan.fr/index.php?post%2F2015%2F07%2F24%2FLe-régime-éco-végé­ta­rien-selon-le-Point

- Le chan­ge­ment par l’assiette (avec com­plé­ments en com­men­tai­res - com­pi­la­tion vidéos, liens, recet­tes pour les fêtes et tous les jours, témoi­gnage de Bill Clin­ton, his­toire de soja etc.) : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/02/le-chan­ge­ment-par-las­siette-p-lama­chere/

Livres sur la per­ma­cul­ture, arti­cles végé etc. : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2013/02/le-chan­ge­ment-par-las­siette-p-lama­chere/com­ment-page-1/#com­ment-42516

- Con­fé­rence d’une jour­na­liste sur le sys­tème poli­tico-média­ti­que : https://www.you­tube.com/watch?v=1FN6iB05aUQ

- Peter Dale Scott, « L’État pro­fond amé­ri­cain. La finance, le pétrole et la guerre per­pé­tuelle ». : http://chouard.org/blog/2015/07/18/pas­sion­nant-et-impor­tant-peter-dale-scott-letat-pro­fond-ame­ri­cain-la-finance-le-petrole-et-la-guerre-per­pe­tuelle/

- « Nous ne pou­vons accueillir toute la misère du monde ! » Oui, mais… : http://michel­col­lon.info/Nous-ne-pou­vons-accueillir-toute.html

- Ce qui s’est passé en août quand on n’était pas là : http://www.repor­terre.net/Ce-qui-s-est-passe-en-aout-quand-on-n-etait-pas-la

- Con­fé­rence de Ber­nard Friot : Reli­gion Capi­ta­liste & Laï­cité : http://chouard.org/blog/2015/04/29/pas­sion­nant-friot-sur-la-lai­cite-outil-radi­cal-de-desin­toxi­ca­tion-des-croyan­ces-reli­gieu­ses-capi­ta­lis­tes/

- Con­fé­rence de Ber­nard Friot et Fré­dé­ric Lor­don : Con­qué­rir la sou­ve­rai­neté popu­laire, sur la valeur et sur la mon­naie : http://www.dai­ly­mo­tion.com/video/x27b­ph2_ber­nard-friot-et-fre­de­ric-lor­don-chez-tro­pi­ques_news

- Cul­ture en Déclin - Epi­sode 2 - L’éco­no­mie pour les nuls (vostfr, sous-titres à acti­ver si s’affi­chent pas) : https://www.you­tube.com/watch?v=KyGtGg79DV4&list=PLWG3Mh­J7E0­khe5C­zOW_4pExa­j61m­zAMW-&index=2

- Docu­men­taire : À nous de choi­sir vostfr Par­ties I & II : https://www.you­tube.com/watch?v=oXF­J­jIR5ui8

Des­crip­tion : “Cette série docu­men­taire explore divers aspects de notre société. Pour repen­ser les pos­si­bles dans notre monde, nous devons envi­sa­ger dans quel type de monde nous vou­lons vivre. Bien que nous nous y réfé­rions en terme de civi­li­sa­tion, elle est tout sauf civi­li­sée. Les visions d’unité et de fra­ter­nité mon­diale ont long­temps ins­piré l’huma­nité, pour­tant les arran­ge­ments sociaux d’hier à aujourd’hui ont lar­ge­ment échoué à réa­li­ser un monde paci­fi­que et pro­duc­tif. Alors que nous som­mes tech­ni­que­ment avan­cés, nos valeurs et com­por­te­ments ne le sont pas. La pos­si­bi­lité d’un ave­nir opti­miste est en con­tra­dic­tion totale avec les dilem­mes sociaux, éco­no­mi­ques et envi­ron­ne­men­taux actuels.

« À Nous de Choi­sir » com­prend l’inter­view d’émi­nents scien­ti­fi­ques, pro­fes­sion­nels des médias, auteurs et pen­seurs étu­diant les dif­fi­cul­tés que nous ren­con­trons.

La pre­mière par­tie four­nit une intro­duc­tion et un aperçu des con­di­tions cul­tu­rel­les et envi­ron­ne­men­ta­les qui sont inte­na­bles pour une civi­li­sa­tion mon­diale sou­te­na­ble. Elle explore les déter­mi­nants du com­por­te­ment pour démys­ti­fier le mythe de la « Na­ture humai­ne », tout en démon­trant la façon dont l’envi­ron­ne­ment con­di­tionne le com­por­te­ment. La science du com­por­te­ment est un ingré­dient émi­nem­ment impor­tant dans notre cul­ture, fai­sant pour­tant lar­ge­ment défaut.

La deuxième par­tie s’inter­roge sur les valeurs, les com­por­te­ments et les con­sé­quen­ces qu’entraî­nent nos struc­tu­res socia­les, et mon­tre en quoi notre sys­tème moné­taire mon­dial est obso­lète et arrive de moins en moins à sub­ve­nir aux besoins de la majo­rité de la popu­la­tion. Un exa­men cri­ti­que des fonc­tion­ne­ments ban­cai­res, des médias, et du sys­tème judi­ciaire et pénal révèle ce que sont vrai­ment ces ins­ti­tu­tions : des outils de con­trôle social, gérées par l’élite poli­ti­que et éco­no­mi­que éta­blie. Si nous con­ti­nuons sur le modèle actuel, les cycles fami­liers du crime, des booms éco­no­mi­ques sui­vis de failli­tes, de la guerre et de des­truc­tion envi­ron­ne­men­tale accrue sont iné­vi­ta­bles.

La troi­sième par­tie (à paraî­tre plus tard cette année) expli­quera les métho­des et le poten­tiel de la science. Il y sera pro­posé des solu­tions qui pour­ront être appli­quées dès main­te­nant pour éli­mi­ner le recours aux sour­ces d’éner­gie non renou­ve­la­bles. Cette par­tie dépein­dra la vision du Venus Pro­ject: cons­truire un monde entiè­re­ment nou­veau en par­tant de zéro: une “re­fonte de la cul­ture”, où tous béné­fi­cient d’un haut niveau de vie, sans ser­vi­tude ni dette, tout en pro­té­geant l’envi­ron­ne­ment. Nous som­mes à l’ori­gine de la plu­part de nos pro­blè­mes, mais il est encore temps pour nous de chan­ger les cho­ses avant le point de non-retour. Il n’est pas trop tard pour envi­sa­ger une pers­pec­tive opti­miste des pos­si­bi­li­tés fan­tas­ti­ques qui s’offrent à nous.”


Bonne fin d’été, début d’automne,
Bien à vous,
Pas­cal

Pour me rejoin­dre sur le réseau social Fra­mas­phere : https://fra­mas­phere.org/u/pas­cal_lama­chere
Pour me (re)join­dre sur face­book
 : http://fr-fr.face­book.com/pas­cal.lama­chere
Page un point de vue : https://www.face­book.com/des­points­de­vue
Compte twit­ter : http://www.twit­ter.com/France_Tou­louse
You­tube : https://www.you­tube.com/user/pas­cal315
Goo­gle+ : https://plus.goo­gle.com/u/0/109433089477812591682



*   *   *   *   *
  *   *   *   *

Ins­piré de Le Télé­phone noir : la cau­se­rie de Cau­seur



http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/09/la-cau­se­rie-de-cau­seur/

L’his­toire du monde se fait ;
Des points de vue ten­tent d’y tis­ser,
De trou­ver des échos por­teurs ;
Val­sent les éclats et les affré­teurs,
Les dés et les bar­ques sont lan­cés ;
Que res­tera-t-il de des­seins à peine ancrés ?

L’astre du monde suit son cours ;
La presse prisme pour des gratte-ciel,
Cha­que thèse peut se con­for­ter autour,
Con­tre ou pour l’évé­ne­ment et le sériel,
Mais au final, les vagues aux riva­ges
Et l’écume mar­que pour les âges.

De la Syrie en Ukraine,
De la Pales­tine en Éry­thrée,
Les peu­ples face aux inté­rêts,
Des valeurs à la dérive amé­ri­caine,
D’autres à des ogres ou sur la voie des cimes,
Et l’his­toire se pour­suit, y voguent les régi­mes.

© Pas­cal Lama­chère

*   *   *   *   *
  *   *   *   *

Ins­piré de Immi­grés et immer­gés : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/09/immi­gres-et-immer­ges/

Je me demande si un jour
les che­mi­nant pour­ront être
sans crain­dre les bom­bes,
la fau­cille de sem­bla­bles au détour ;
si la nuit les étoi­les pour­ront paraî­tre
sans que la vie, de soif ou de faim, tombe
sur les mon­ta­gnes des spé­cu­la­teurs.
Pen­sez-vous la solu­tion
dans les bar­be­lés qui joue­raient la racine ?
Tant que la main mise sur des car­tes
et nous aux divi­sions,
cha­cun à ses accords, son échine,
et face aux vagues, que sont les pan­car­tes ?
La tête sous l’eau peut savou­rer,
mais pas en res­tant éter­nel­le­ment en apnée
dans les marées de l’his­toire.
Alors peut-être est-ce déri­soire,
un vain espoir
sans élé­va­toire,
mais nos ter­res ne sont des vases clos
où après avoir envoyé des péta­les de feu
au loin de l’hori­zon,
après avoir laissé faire, mi-clos,
l’on peut se laver les mains et les yeux
en empê­chant les papillons.
Et l’action ne devrait-elle son­der le fond,
regar­der l’aval après l’amont ?
Je me demande si un jour,
et la cou­leur que pren­dront les car­re­fours.

© Pas­cal Lama­chère

*   *   *   *   *
  *   *   *   *

Ins­piré de Nos coN­pa­trio­tes : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/09/nos-con­pa­trio­tes/

Il, ils ont tiré la carte de la fau­cheuse
sur la galère,
À leur suite, d’autres n’ont pas fini de ramer sur terre,
et nos heu­res creu­sent.

L’huma­nité con­ti­nue de por­ter le deuil
à la recher­che d’un seuil,
Le temps y cou­vre les cieux,
nous reste au cœur le souf­fle des à dieu.

Un jour, qui sait ?
les aven­tu­reux auront l’hori­zon,
tous, au-des­sus de leur tête, un océan étoilé
et une terre à (s’)aimer au fil des sai­sons.

© Pas­cal Lama­chère

*   *   *   *   *
  *   *   *   *

Ins­piré de Les grands et les migrants : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/09/les-grands-et-les-migrants/

Pen­dant que des mar­chan­di­ses affluent,
invi­tées par la grande porte,
Des marées empor­tent des rêves
et des corps dans la petite rue,
la fau­cheuse en escorte
face à des cœurs noués sur la grève.

Pen­dant qu’une main par­ti­cipe à la guerre,
l’autre pose des bri­ques sur un hori­zon,
Le capi­tal isthme de quel­ques-uns
spé­cule même des vers,
Aux sur­vi­vants reste la quête d’une sai­son
après l’écume du temps marin.

© Pas­cal Lama­chère

*   *   *   *   *
  *   *   *   *

Ins­piré de Com­ment lut­ter con­tre le fon­da­men­ta­lisme ? : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/09/fon­da­men­ta­lisme/

Au temps en emporte

les juge­ments dres­sés qui peu­vent se mou­voir avec le point de vue ;
les pelu­res des con­nais­san­ces des roua­ges accro­chés à la sur­face ;
les reflets et les pous­siè­res, les cen­dres de ce qui était cru ;
les vagues et les roches éter­nel­les jusqu’à ce qu’elles se cas­sent,
sans que ne cesse pour autant la relève, ni la danse avec la terre ;
une nuit, un jour, les falai­ses de l’aube et du cré­pus­cule, et même une mer.

Et puis un jour la mort, puis la vie,
les pages se tour­nent, se lient,
un hori­zon se des­sine d’un trait,
souf­fle un nou­veau vent frais,
les let­tres s’agen­cent à la lueur,
les écrins s’ouvrent, fleu­rent,
Une essence cris­tal­line appa­raît,
Une fleur de ciel pousse vers l’étoilé.

Et puis l’œuvre du temps recom­mence,
peut-être,
forge le regard d’un sens,
scelle le sort de quê­tes.

© Pas­cal Lama­chère

*   *   *   *   *
  *   *   *   *

Ins­piré de Foot : la loi Mar­tial : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/09/foot-la-loi-mar­tial/

Les mar­chés met­tent en jeu des vies,
Les enjeux font mar­cher des par­vis,
La balle aux pieds d’un sys­tème
Qui fixe ses règles, mul­ti­plie les tri­rè­mes,
Porte les ger­mes pour se per­pé­tuer
Jusqu’à ce qu’il en soit « décidé »
Face aux flots et aux four­nai­ses,
L’incar­na­tion d’une genèse.

© Pas­cal Lama­chère

*   *   *   *   *
  *   *   *   *

Ins­piré de la ren­trée des Sisy­phe : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2015/08/la-ren­tree-des-sisy­phe/

Ah ! Dieu, cher Dieu,

Quelle His­toire !

Avez-vous fait l’uni­vers, ce monde, la terre, comme une école pour les âmes, mais sans classe bien défi­nie à notre regard ?

J’ima­gine bien qu’aucune action n’est en soi déci­sive face aux pieds de l’éter­nité, pour l’His­toire des His­toi­res, qu’il y a un tout et des gout­tes dans ce tout qui sui­vent leur cycle, mais quand même ! Et je veux pas dire, mais… oui, bon. N’empê­che ! J’espère que les guer­res des hom­mes ne vont pas repren­dre de plus belle. Ne suf­fi­rait-il pas d’un « rien » de votre point de vue mais d’une mon­ta­gne de celui d’une fourmi que je suis ?! C’est bien pour cela ?

Les traits, les sillons
Les rochers ont un ensei­gne­ment
Pour qui pose son regard,
Éprouve les sai­sons,
Qu’il soit en état sage ou gar­ne­ment,
Qu’il déroule le fil ou pose vers le phare.
L’hori­zon peut ainsi deve­nir,
Un éclat de cons­cience sur­ve­nir,
Mais en tout cas, l’ins­tant se fait,
Roule, ancre ses effets.

Cha­que jour son lot, ses inat­ten­dus volants ou tour­billon­nants, ses murs et son pote en ciel de solu­tions, ses pages à tour­ner, étu­dier, sen­tir, ses mon­tées et ses des­cen­tes, ses impas­ses et ses voies. J’espère que l’année à venir aura ses bel­les leçons.

Da capo !

© Pas­cal Lama­chère

*   *   *   *   *
  *   *   *   *

Ins­piré de Il était une Foi… Gaza : http://www.infos­ce­na­rio­de­per­sonne.com/gui­chet-film-etait-foi-gaza/

L’ombre de la mort plane sur la terre ;
Dans la bande de Gaza, la vie suit son cours
A côté des tom­bes et des sou­ve­nirs ;
Entre murs et bom­bes, des humains se ter­rent,
Sous les éclats, la mère veille nuit et jour ;
A l’air libre, les fleurs cher­chent leur deve­nir.

Les cycles pas­sent, d’un âge à un autre
Les res­sour­ces et les pla­ces en enjeu
Comme un radeau sur une rivière dans un désert,
Reste des bri­bes de pous­sière des apô­tres
Qui se per­pé­tuent, se trans­met en flam­beau des cieux,
Une Foi dans l’esprit, la grâce avec cours de la terre ;
La force enra­ci­née d’une Per­sonne
Ne s’en laisse pas comp­ter, n’aban­donne
Face aux pres­sions, assauts des­truc­teurs quand ils pleu­vent,
Entre eux et ceux qui font affai­res, leurs épreu­ves.

A petit, les colons ont gri­gnoté,
Poussé hors, être à cou­vert, à décou­vert
Des tun­nels en nerf, à lut­ter à sa manière,
Des humains au sort d’un tout agioté,
Con­voité, déchaîné, par ins­tant apaisé.
La mer, gar­dienne de l’essence des ciels,
Écume ses espoirs au-delà des lin­ceuls
Pour des famil­les déchi­rées, des­tins croi­sés,
Un souf­fle por­teur d’élan du pro­vi­den­tiel.

Sur la bande de Gaza, au bout des écueils,
La lumière de la vie vibre sous les cen­dres,
Un autre jour pour cons­truire, pour enten­dre,
For­ger la voie qu’atome en feu ne peut étein­dre,
Un hori­zon que per­sonne ne peut encein­dre ;
D’une âme à une autre, pour la Pales­tine
Se tisse et lève, une fres­que se des­sine.

© Pas­cal Lama­chère


Mon pavis sur Il était une Foi… Gaza : un film qui nous fait tra­ver­ser d’une rive à l’autre avec talents, avec une poé­sie qui tou­che, remue, raconte les pro­fon­deurs de l’âme humaine, de la vie et ses « pas­sa­gers », nous laisse entre­voir les déchi­ru­res, les dra­mes à Gaza, en Pales­tine, ce qui peut met­tre à terre ici et ailleurs quand la guerre frappe à la porte, mais par­ti­cu­liè­re­ment « ici » où les colons se don­nent un droit d’embargo etc. ; et ce qui peut fleu­rer - à - la trans­cen­dance, la force pui­sée dans la foi en des jours où il n’y aura plus d’usur­pa­teurs mais des frè­res et des sœurs d’huma­ni­tés pou­vant fleu­rir sur leur terre, et en atten­dant, foi en la « vie », en ce qui lui donne corps. Et une belle troupe.

Pour le voir, cf. sur la page du “gui­chet” : http://www.infos­ce­na­rio­de­per­sonne.com/gui­chet-film-etait-foi-gaza/