Blog littéraire, artistique de Pascal Lamachère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, mai 14 2009

Une histoire de Plum-Orum, du rififi printanier sur le forum culturel (littéraire, artistique, loisirs...)


Il était un (plus tout à fait) jeune homme qui se prélassait dans son hamac, au bord d’une rive.
Les flocons avaient fondu en goûtes d’eau, les bougeons étaient devenus des fleurs ou des perles vertes, le ciel gris clairsemé de crins de feu, mais la plupart des habitants hibernaient encore dans leur grotte, les vortex voyageurs faits pour amener les surfeurs en ce lieu n’étaient plus activés par les gardiens et les « abris blablas », les salles délaissées, non foulées prenaient la poussière, s’engorgeaient de silence.
Alors qu’il s’éveilla à un jour nouveau, le plus-tout-à-fait-jeune-homme, appelons le Orum, fut chatouillé. Le temps que le signal fasse le tour de son cortex, un goéland aurait eu le temps de faire sa migration, toujours est-il qu’il finit par sauter de sa couche suspendue. Il vit, là où étaient ses pieds quelques rires plus tôt, sa plume en plein émoi.

- Plume, ma plume, dis-moi ce qui… Commença à demander Orum en s’étirant.
- Fsssht ! Passhh Afshht suchtt quicht jucht ! [Traduction pour les non initiés : Bouge toi l’encre ! L’air printanier a enfin débouché les pores des fonds marins et le gardien Paix Hache Pé est enfin sorti de son hibernation. Il est prêt à guider les brises, les vagues et les embarcations à bon port ! (oui, tout ça en quelques mots ! si si !)] le coupa court la plume.
- Hey ! J’avais des parchemins à… Bon d’accord… L’entame de protestation du plus-tout-à-fait-jeune homme fondit devant la plume guillerette qui lui chatouillait maintenant les mains.

Sur cette résolution, Orum entreprit de faire, en profondeur, l’état des lieux…

Après avoir fait le tour de l’île, laissé la plume ancrer quelques idées, ses desideratas, il convoqua les gardiens Paix Hache Pé et Bébé. Le plus-tout-à-fait-jeune-homme voulait s’assurer qu’ils étaient prêts à user de leur magie pour appliquer le menu printanier…

De la réunion faite en haut de la montagne aux nuages, il en ressortit qu’ils semblaient être prêts à dépasser ses espérances, mais une ombre planait encore sur la vie en ces lieux. Les attaques des robots de l’espace et des missives volantes sans porteurs ne pouvaient être totalement contenues. N’ayant pas le choix, si ce n’est d’accepter de faire avec ou de fermer les portes à ceux qui auraient du mal à lire les panneaux-bouées, Orum décida de faire tout ce qui était en son pouvoir pour accueillir au mieux les visiteurs et servir les intérêts des habitants. Aussitôt pensé, la cohorte entreprit d’appliquer le plan du grand nettoyage de printemps, de placer une nouvelle urne et une nouvelle estrade afin de recueillir les avis de tout un chacun… et d’envoyer des missives vortex afin de guider les curieux et les âmes désireuses de se partager sur cette terre.

Cliquez ici pour accéder au forum « généraliste » (littéraire, artistique, culturel…)

Cliquez ici (puis cliquez sur « J’accepte ces conditions ») pour vous y inscrire si vous voulez joindre vos paroles (IMPORTANT : évitez de vous inscrire avec une adresse hotmail. Le système mis en place par Microsoft ne tolère pas du tout les envois depuis les forums hébergés chez free.fr et cela a pour conséquence un blocage total : vous ne recevrez même pas dans le dossier spam le message permettant d’activer le compte, de compléter le profil et surtout de participer aux conversations).

Post-Scriptum : Une fois en règle avec les gardiens, grâce à leur magie, vous pourrez personnaliser différents paramètres (cliquez ici), passer par l’estrade de présentation (cliquez ici) et donner votre avis sur les « activités » de ce forum… pardon, de cette île (cliquez ici).

mercredi, mars 11 2009

Jeu de rôle sur forum Firrriöne ou la Terre de Tolkien, nouvelle introductive

bannière jeu de rôle par forum la Terre de Tolkien


Il était une fois, dans une loin­taine galaxie…

« Attends, grand Pah ! Si l’his­toire se déroule sur la pla­nète où l’on va aller, elle ne se trouve pas dans une galaxie loin­taine, non ? »
« Je suis d’accord avec Tibon, le début est nul ! »
« Les enfants ! Lais­sez Pah con­ter l’his­toire ! »
« Merci Luna. Tibon, Veline, j’aurais pu adap­ter cette his­toire à votre géné­ra­tion, mais com­pre­nez qu’il s’agit de se met­tre à la place de ceux qui atten­daient que les éclai­reurs revien­nent de plu­sieurs galaxies ! Bon, je reprends… »

Il était une fois, dans une loin­taine galaxie, une expé­di­tion humaine com­po­sée des vais­seaux spa­tiaux Sky­wal­ker 6, Pot­ter 7, Sda 3, Dis­que Monde 36 et Kok 1. Depuis Terra Octa, l’expé­di­tion avait tra­versé le cen­tre de l’uni­vers, le voile rouge du cen­taure, la galaxie gelée de Vela­nore la bleue, avait réussi à évi­ter de peu l’attrac­tion des cra­tè­res for­més par les galaxies jume­lées bap­ti­sés les Mires

« Bip ! Firr­riöne moins 45 bat­te­ments ! »

Lou lança un regard atten­drit et fit un petit signe de la main vers sa petite famille réu­nie sur un fau­teuil en forme d’étoile, dans une pièce ovale trans­lu­cide. Bien qu’il n’était pas tech­ni­que­ment utile, le com­man­dant de la navette devait être pré­sent à l’arri­vée. Celui-ci était resté debout, près de l’entrée, et n’avait que quel­ques pas à faire et un élé­va­teur à pren­dre pour se retrou­ver dans la salle des navi­ga­teurs-ser­veurs-androï­des où les rôles et les tâches s’effec­tuaient et se chan­geaient en fonc­tion d’un plan­ning écrit au bat­te­ment près, avec un sur­plus d’effec­tif dédié à « l’impré­vi­si­bi­lité humaine ». Seul le rôle de Lou n’était pas inter­chan­gea­ble. Pour la sta­gna­tion (équi­va­lent de l’atte­ris­sage) le pro­to­cole exi­geait la pré­sence d’un humain à qui le rôle avait été con­fié et enre­gis­tré dans la base de don­nées. Si jamais il avait trouvé la mort avant de rem­plir son rôle, la navette se ser­rait mise à l’arrêt le temps que les auto­ri­tés com­pé­ten­tes enre­gis­trent un nou­veau res­pon­sa­ble.

Pour­quoi un être humain est-il indis­pen­sa­ble pour l’arri­vée ? Allez deman­der cela à l’équi­page test du nou­veau pro­to­cole qui devait démon­trer que cette étape, entre autre, était inu­tile, que les ordi­na­teurs pou­vaient juger par eux-mêmes si suf­fi­sam­ment bien pro­gram­més. Seu­le­ment, vous ne pour­rez inter­ro­ger que la copie de leurs cons­cien­ces avant le moment fati­di­que. Ils ont tous trouvé la mort en atter­ris­sant dans un lieu mal­famé. Même pas à cause de pira­tes de l’espace qui les auraient pris par sur­prise. Non. Ils s’étaient retrou­vés dans un lieu peu­plé par une espèce de mou­tons noirs qui s’étaient avé­rés être des car­ni­vo­res plus dan­ge­reux et plus effi­ca­ces que des lions affa­més cou­plés à des piran­has. Un com­man­dant humain bien formé aurait inter­dit l’appro­che sans s’être assuré que ces créa­tu­res ne repré­sen­te­raient aucun dan­ger. Le cer­veau infor­ma­ti­que les avait pri­ses pour des mou­tons de Terra Prima bour­rés de méla­nine et n’avait pas cher­ché plus loin. Le pro­gram­ma­teur, après s’être excusé, avait pro­posé d’affû­ter son pro­gramme, mais suite à ce drame ses détrac­teurs ont eu gain de cause : pour­quoi rem­pla­cer un homme qui fera tou­jours par­fai­te­ment son tra­vail, avec un ris­que 0 si bien épaulé par la tech­no­lo­gie qu’il a à dis­po­si­tion ?

Lou avait donc quitté les siens en cou­rant pour faire son der­nier devoir au cours du voyage entre­pris une année humaine aupa­ra­vant, 7 années après le pre­mier con­tact avec les firr­riö­nei­mos. Lors de sa sélec­tion en tant que com­man­dant pour ce voyage, et pen­dant sa for­ma­tion, sa curio­sité avait été émous­tillée au point qu’il aurait posé les pieds même s’il y avait un nid de Pira­tons (les créa­tu­res qui avaient été pri­ses pour des mou­tons noirs).
En pre­mière « décou­verte annon­cée et atten­due », au moment où il mit les pieds dans la salle des navi­ga­teurs-ser­veurs-androï­des, la navette tra­versa le voile de brume qui entou­rait la pla­nète et englo­bait pres­que la moi­tié de cette galaxie. Un espace blanc cré­meux s’éten­dit à perte de vue, les étoi­les se dis­tin­guè­rent à peine et même les yeux les plus acé­rés ne purent jurer qu’il y avait un uni­vers vaste au-delà. Étant donné qu’aucun ins­tru­ment de mesure humain n’avait pu cap­ter cette par­tie blan­che de l’uni­vers, et étant donné les décou­ver­tes fai­tes sur Firr­riöne, ce phé­no­mène avait trouvé une expli­ca­tion magi­que au sein des bou­ches et des cer­veaux aussi bien vivants qu’infor­ma­ti­ques.

Le com­man­dant se trouva main­te­nant face à une vue miri­fi­que de la pla­nète ter­mi­nus. Il savoura ces quel­ques ins­tants, le cham­bou­le­ment créé par des efflu­ves magi­ques dan­sant autour de son corps puis tra­ver­sant les pores de sa peau. Il fris­sonna et épous­seta fiè­re­ment sa tuni­que océane aux épau­let­tes étoi­lées. Il se trou­vait à des cen­tai­nes de mil­lions d’années lumière de ce que ses pairs pen­saient être la pla­nète de l’ori­gine humaine et se trou­vait à la fois insi­gni­fiant et ouvert à un pou­voir sans bor­nes. L’ima­gi­na­tion de ses ancê­tres n’étaient-ils que des relents d’une réa­lité qu’ils avaient jadis effleu­rée grâce à leur sixième sens et dans laquelle ils bai­gnaient à pré­sent ? Sur­nom­mer Firr­riöne la Terre de Tol­kien était un de ces hom­ma­ges ren­dus his­toire de par­ta­ger la décou­verte avec leur mémoire. En y repen­sant, Lou se féli­cita d’avoir voté pour.

La vague de plai­sir passa et les impé­ra­tifs rap­pe­lè­rent à l’ordre le nou­veau magi­cien : il avait attiré dans sa main un verre de jus de pirias qui trô­nait sur le pla­teau-main d’un ser­veur pen­dant que le mes­sage « Ordre à don­ner » cli­gno­tait sur le devant trans­lu­cide du cock­pit.
 
« Ova ? Affi­che-moi notre lieu d’atte­ris­sage ! »

La carte de la pla­nète s’affi­cha puis laissa place à la carte du con­ti­nent et enfin un zoom fut fait sur une cité jusqu’à ce qu’une infra­struc­ture prenne toute la place. Lou cons­tata que tout était « nor­mal » et le dra­peau blanc était hissé au som­met du bâti­ment qui devait les accueillir.

« Ova, je cer­ti­fie que la sta­gna­tion peut débu­ter ! »

Ova, l’ordi­na­teur vigile avancé, lui demanda d’appo­ser son front con­tre le scan­ner de neu­ro­nes. Lou avait déjà entamé le geste et le laser fit aus­si­tôt son oeu­vre. Il avait hâte de se dégour­dir les jam­bes sur cette terre… et de décou­vrir quel serait son second pou­voir. D’après les témoi­gna­ges recueillis, chez les adul­tes le second pou­voir se mani­fes­tait quel­ques bat­te­ments après avoir res­pi­rée la pla­nète. Plus que 2 bat­te­ments et cela serait pos­si­ble…

Il était une fois une pla­nète où la magie était aussi pré­sente que l’air dans les pou­mons d’un vivant, une pla­nète où se côtoyaient des tech­no­lo­gies dites pri­mi­ti­ves et des tech­no­lo­gies de l’ère bap­ti­sée l’âge d’Isaac Asi­mov ou plus com­mu­né­ment l’âge sf, une pla­nète où se tra­mait depuis la nuit des temps la des­ti­née du grand tout dans l’ombre du big-bang, dans l’ombre des étoi­les de l’uni­vers connu…
Il était une fois une pla­nète où moult guer­res épi­ques en avaient fait explo­ser des mor­ceaux, une pla­nète où, au prix de la désin­té­gra­tion de quel­ques « pre­miers », un mel­ting-pot de créa­tu­res fée­ri­ques et démo­nia­ques avaient finies par trou­ver une paix pré­caire sur la majo­rité de sa sur­face (du moins ce qu’en avaient déduit les « étu­diants »)… La venue des vais­seaux avait cham­bou­lées les for­ces en pré­sence et les « gar­diens » avaient dû faire face à l’écume de trou­bles, suf­fi­sam­ment con­te­nus pour être cachés de la con­nais­sance des « sur­veillants » humains.

La suite, l’his­toire à venir des êtres vivants de cette pla­nète fut écrite par cha­cun, anciens et nou­veaux… Y pren­drez-vous part ?

*         *
                                                                                                    *



samedi, janvier 24 2009

Une histoire de galerie photos et de jeu de rôle


Oyez, oyez !

Je n’ai pas encore transféré tout ce que je souhaitais de l’ancien blog sur le nouveau, et encore moins ajouté tous les textes associés aux photos des galeries, mais l’essentiel est déjà en place et vous pouvez de nouveau participer aux jeux d’écriture et ateliers créatifs, apporter votre contribution par des mots, photos, dessins, peintures…

En ce qui concerne les photos, j’ai ici la possibilité de les regrouper en galeries sans publier les notes et celles-ci ne feront plus l’objet de publications à part, sauf exceptions, comme c’était le cas sur le photoblog.

Vous pouvez accéder directement à une des dernières galeries mises en place à partir du menu de droite, sous l’intitulé « Galeries Photos », ou avoir une vue d’ensemble en cliquant sur « Toutes les galeries », à la fin de la liste, ou sur « Mots et photos, paysages des mots » dans le menu des catégories (menu du haut ou sous l’intitulé « Catégories » dans la colonne de droite).

Au passage, j’aimerais savoir le type d’affichage que vous préférez. Lorsque j’associe du texte à l’image je n’ai pas trop le choix, mais lorsque ce n’est pas le cas il y a plusieurs options qui s’offrent à moi. Je vous demande donc votre préférence via un sondage qui s’affiche sur la droite.

Pour accéder à la galerie Traces d’Hiver cliquez ici

Pour accéder à la galerie Traces d’Hiver 2 cliquez ici

Pour accéder à la galerie Traces d’Hiver 3 cliquez ici

Pour accéder à la galerie Traces d’Hiver 4 cliquez ici

Enfin, je profite de ce message annonce pour vous inviter à participer à un petit jeu de rôle sur forum. L’objectif est de lancer un jeu qui permette de s’amuser sans demander trop d’investissement, sans être phagocyteur de temps. Si ça vous intéresse, pour vous inscrire au forum cliquez ici, et pour suivre, participer au topic-sujet de lancement du jeu cliquez ici.

Bon week-end :),
@ peluche !
Pascal