Blog littéraire, artistique de Pascal Lamachère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Balise - feu d artifice

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, septembre 4 2010

Album photos concerts, feux d'artifice, Canada (Québec, Montréal...), rives Pays Baque, Bordeaux, Paris, Saint-Ferréol, Port-la-Nouvelle etc.

albums photos voyage au Québec escapades dans les régions françaises, concerts, feux d'artifice, fêtes, plages...

Oyez, Oyez !

Depuis pas mal de temps, je ne peux plus met­tre à jour les gale­ries pho­tos de ce blog, pour des rai­sons d’incom­pa­ti­bi­lité avec une maj du sys­tème. Je me suis mis à les met­tre sur face­book et me suis dit que ça pour­rait inté­res­ser cer­tains lec­teurs, de même que c’est une oppor­tu­nité de deman­der votre avis. Si toi, toi là qui me lit, n’as pas de compte (il faut être mem­bre des faces du grand livre pour pou­voir con­sul­ter les pages des autres), n’as pas envie d’en créer un même si c’est gra­tuit et même si tu peux t’enre­gis­trer avec une adresse mail et un pseudo inconnu au bataillon de tes « obser­va­teurs », mais que tu serais inté­ressé(e) par zyeu­ter mes albums, des péré­gri­na­tions modes­te­ment cap­tu­rées, ou que tu pré­fè­res tout sim­ple­ment les visua­li­ser ici, n’hésite pas à te mani­fes­ter (via le for­mu­laire de con­tact ou en com­men­taire de ce billet), je sau­rai alors que cela vaut le coup de met­tre la main dans le cam­bouis des octets.

Pour l’heure, pour le flux pré­sent, je vous, je t’invite sur Face­book :

* album photos plages du pays basque, biarritz, saint jean de luz, sept. 2010 A poser les pieds sur les rives du Pays bas­que (cel­les de Saint Jean de Luz, de Biar­ritz et de San Sebas­tián). Sui­vez l’élan de votre sou­ris en cli­quant ici.

* A voya­ger au pays des cari­bous, des cas­tors, de l’era­ble… Au Canada, plus pré­ci­sé­ment au Qué­bec, de Mont­réal à la ville Qué­bec, en pas­sant par Baie-Saint-Paul, les grands espa­ces macu­lés de blanc…

album photos vacances Québec, Montréal, ski, saint laurent A la décou­verte du Qué­bec, Album photo 1, cli­quez ici pour y accé­der

album photos québec, montagnes, neige, raquettes, promenades, sept. 2010 A la décou­verte du Qué­bec, Album photo 2,  cli­quez ici pour y accé­der

* album photos olivia ruiz, concert à toulouse, feu d'artifice, sept. 2010 A « assis­ter » au con­cert d’Oli­via Ruiz aux allées Jean Jau­rès de Tou­louse, ainsi qu’au feu d’arti­fice qui a été tiré ensuite, le 14 juillet 2010. Cli­quez ici pour admi­rer Oli­via façon­ner des étoi­les.

* album photos escapades à Paris, Bordeaux, Saint-Ferréol, Port-la-Nouvelle, sept. 2010 A faire des esca­pa­des en vrac, d’une ville fran­çaise (en dehors de l’agglo­mé­ra­tion tou­lou­saine, du dépar­te­ment) à une ville d’ailleurs, voire extra­ter­res­tre… (‘fin, pour l’ins­tant, Bor­deaux, Paris, Saint-Fer­réol et Port-la-Nou­velle). Cli­quez ici pour les décou­vrir, le faire sans dépla­cer les pieds.

* album photos feu d'artifice de L'Union, spectacle orchestre Olympia, La Rotume 50's..., sept. 2010 A (re)vivre les fes­ti­vi­tés de L’Union, petite ville de l’agglo­mé­ra­tion tou­lou­saine. Lors de l’annuelle fête foraine, l’Orches­tre Olym­pia, La Rotule 50’s, des majo­ret­tes et leur orches­tre de la gerbe d’Or de ST LOUP Cam­mas, et un feu d’arti­fice, ont défilé. Cli­quez ici.

Enfin, petit coup de pub pour une artiste, une pho­to­gra­phe pro­fes­sion­nelle, au cas où vous en cher­che­riez un : cli­quez ici pour accé­der à son site.

Bon surf sur et à tra­vers les pixels !

Bonne ren­trée à ceux qui sont con­cer­nés, bon cou­rage à tous !

@ pelu­che :)
Pas­cal


mardi, septembre 30 2008

Une histoire de feu d'artifice (petit conte)

photographie de feu d'artifice du 14 juillet 2008 à Toulouse, tiré depuis la prairie des filtres

Il était une fois, dans un siè­cle loin­tain, Euterpe et Ura­nie…

Pri­ses par une eupho­rie mutine, le long de l’allée cen­trale du jar­din céleste, elles s’amu­saient avec l’arc d’Apol­lon enfant…

Elles com­men­cè­rent par jouer avec des bran­cha­ges trem­pés au préa­la­ble dans la grande fon­taine du milieu, la source de vie. Une fois les feuilles bien imbi­bées, Ura­nie les embrasa à la manière des étoi­les, Euterpe insuf­fla la nais­sance d’une mélo­die, de l’étin­celle à cha­que sou­bre­saut des flam­mes.

Pen­dant ce temps, leur demi-frère, allé faire une autre polis­son­ne­rie, avait eu assez de grains pour reve­nir, mais il les observa sans cher­cher à les répri­man­der. Et même, quand elles se mirent à déco­cher plus haut, à maî­tri­ser leur art dans ce petit jeu, à faire fré­mir l’air de notes enivran­tes, à diver­si­fier les for­mes et user tou­tes les cou­leurs de l’arc-étoile, à ne faire plus qu’une, il y ajouta l’objet de son lar­cin : les fou­dres de Zeus.

Il en résul­tat un faux big-bang en accé­léré, la nais­sance de faus­ses galaxies… à en faire pâlir de jalou­sie le soleil qui, jusqu’alors, était le seul à briller avec autant de flam­boyance dans l’infini empri­sonné entre les murs de la Voie lac­tée. D’ailleurs, au paroxysme de « l’évé­ne­ment », le con­duc­teur du char de la fleur de feu prit ombrage, s’arrêta… et, peu après les der­niers relents, la der­nière écume arti­fi­cielle, il finit par s’éva­nouir dans le néant d’un trou noir.

Ce ram­dam n’échappa évi­dem­ment au maî­tre des lieux qui mit toute la faute sur celui qui allait deve­nir Phé­bus et avoir la tâche d’ame­ner au bon ciel le char. Mais ceci est une autre his­toire, et dans celle qui nous inté­resse, l’impor­tant est que des humains de la terre de Chine eurent la chance d’assis­ter au spec­ta­cle divin depuis les tré­fonds de leurs noi­set­tes bri­dées…
Ils ten­tè­rent de le repro­duire, mais durent faire des com­pro­mis à cause de leur sauce limi­tée, et ce mal­gré le con­cours mur­muré des muses venues les visi­ter ; les deux du pre­mier feu d’arti­fice avec de temps à autre cer­tai­nes de leurs soeurs avi­des de nou­vel­les créa­tions et de faire au mieux avec les « moyens du bord », tout en les déve­lop­pant.

Bien que la capa­cité soit deve­nue à notre por­tée, la per­fec­tion ori­gi­nelle ne fût cepen­dant pas retrans­crite et tomba petit à petit dans l’oubli, à moins qu’un jour un ins­piré arrive à s’ouvrir tota­le­ment aux paro­les d’Euterpe et d’Ura­nie… et que Phé­bus obtienne clé­mence et qu’il lui soit trouvé un rem­pla­çant.

Tou­jours est-il que les con­teurs, les artis­tes, les voya­geurs et les scien­ces bou­geant, évo­luant sous les effets de chro­nos, l’engoue­ment tou­cha de nom­breu­ses cul­tu­res, le feu arti­fi­ciel fût décliné et la rela­tive per­fec­tion humaine fût atteinte à de main­tes repri­ses…

C’est ainsi qu’une belle soi­rée de 14 juillet 2008, sur les ber­ges de la Garonne, en marge de la prai­rie des fil­tres…

Une myriade d’étoi­les dans le ciel,
aussi éphé­mè­res qu’une filante,
aussi éblouis­san­tes qu’une nova,
aussi fré­tillan­tes qu’un lézard,
aussi ébau­bis­san­tes qu’une aurore boréale,
aussi bruyan­tes que le feu au pou­dre du canon,
aussi mélo­dieu­ses que les flots qui s’écu­ment,
aussi uti­les, pal­pa­bles et réel­les qu’une pen­sée exis­ten­tielle,
aussi épar­ses que des tou­ches de pein­ture lan­cées par une main de maî­tre…

… écla­tè­rent et enivrè­rent la mire au rythme d’une sym­pho­nie, jusqu’à la lie du final, pour peu qu’elle y ait été « sen­si­ble ».

© Pas­cal Lama­chère - Juillet 2008

Si vous êtes sur face­book, pour zyeu­ter d’autres pho­to­gra­phies du feu d’arti­fice, cli­quez ici

Sinon, vous pou­vez les voir dans le désor­dre sur la gale­rie “Fes­ti­vi­tés”, cli­quez ici.