Blog littéraire, artistique de Pascal Lamachère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, décembre 25 2012

Contes - Histoire de fausse démocratie et de Noël


Ely­séen et la rose


Ins­piré par : http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/andouille-quitte-gri­bouille/

Il était une fois un jar­di­nier pas comme les autres, s’occu­pant d’une flore pas comme les autres…

Ely­séen, le jar­di­nier, venait matin et soir bichon­ner la ver­dure de son immense serre bap­ti­sée Démo­cra­ne­rie. Il arro­sait cha­que par­celle avec un liquide argenté, appor­tait du soin à toute la troupe ver­doyante, mais plus par­ti­cu­liè­re­ment à deux créa­tu­res qui avaient les faveurs de la gale­rie : une rose rouge et un chêne. Pas des que l’on trouve par­tout ! Non ! Des qui par­lent ! Enfin, qui émet­tent des sons ! Il n’y avait que quel­ques spé­cia­lis­tes qui arri­vaient à tra­duire leur lan­gage, du moins, le pré­ten­daient-ils ! Per­sonne ne pou­vait véri­fier…

La rose était res­plen­dis­sante, ses péta­les sem­bla­bles à la soie émet­taient une douce lumière rosée qui tou­chait le cœur de nom­breux visi­teurs, qui ne ces­saient de l’admi­rer. Elle ins­pi­rait à par­ta­ger, du moins en appa­rence : cer­tains se dis­pu­taient la place où ses crins rosés étaient le plus effi­ca­ces.

Le chêne était majes­tueux, ses bran­ches, ses feuilles sem­blaient inal­té­ra­bles, la cime ren­voyait une lumière bleue d’un côté et rouge légè­re­ment rosé de l’autre. Il ins­pi­rait la viri­lité, la vigueur, les esprits guer­riers, du moins en appa­rence : comme pour la rose, cer­tains se dis­pu­taient une place, celle où les rayons con­ver­geaient, mais c’était plus des cha­maille­ries d’enfants jouant dans un bac à sable.

Cer­tains sem­blaient jon­gler entre plu­sieurs, aller d’un groupe à l’autre. Il com­pre­nait ces der­niers, car pour lui, toute la flore avait son charme.

Ely­séen n’avait pas pris une ride. Il lui sem­blait tra­vailler ici depuis tou­jours. Il pen­sait faire ce qu’il fal­lait, il y met­tait tout son amour, même s’il se ren­dait compte qu’il deve­nait de plus en plus dif­fi­cile de bien pren­dre soin de la vie de sa serre, quand les grou­pes qui s’étaient for­més autour d’une créa­ture végé­tale ou une autre, se dis­pu­taient en leur sein et con­tre les autres. Les plus gros­ses affluen­ces, les plus gros­ses dis­pu­tes reve­naient par période cycli­que : tous les 5 ans, depuis un cer­tain temps, où tout le peu­ple de France devait élire sa créa­ture pré­fé­rée, et lui don­ner ainsi à elle et son groupe de fans de le diri­ger à la baguette.

Ely­séen pen­sait faire ce qu’il fal­lait, mais il se ren­dit à l’évi­dence, un jour, qu’il n’y était pas, qu’il s’était trompé… C’était un de ces jours à met­tre un Cyrano dehors… pfiout… Envolé le long nez, les tira­des, le cœur enivré… Il avait boudé la rose et choi­sit le chêne au der­nier con­cours, chêne qui avait perdu l’affec­tion de la majo­rité des élec­teurs. Grand mal lui en a pris ? Que nenni. C’est un pic, c’est un cap… c’est un tsu­nami qui a tout ren­versé la pénin­sule. Même la vic­toire, l’élec­tion du grand arbre pour le cycle en cours n’aurait peut-être pas pu rete­nir le grand gaillard. C’est du moins la réflexion que s’était faite le jar­di­nier en allant s’occu­per de la rose…

Ce jour où il se ren­dit compte à quel point il s’était trompé, Ely­séen eut l’impres­sion de tout redé­cou­vrir… En trou­vant la rose à l’ago­nie, n’émet­tant plus de lumière, se trou­vant main­te­nant dans l’ombre du chêne, toute flé­trie, il creusa un peu à côté, pour aérer les raci­nes… et tomba sur une racine du chêne… Il alla ailleurs, près d’un autre végé­tal… Même chose. Il com­prit que si cha­que créa­ture sem­blait avoir sa pro­pre âme, sa pro­pre vie, elles étaient tou­tes liées aux autres d’une manière ou d’une autre, par les ombres mélan­gées et/ou les raci­nes.

Ely­séen retourna près de la rose… Pour la pre­mière fois, il lui sem­bla com­pren­dre ce qu’elle disait, écouta ses der­niè­res volon­tés émi­ses d’une voix cris­tal­line :

« Cueille-moi, déli­ca­te­ment,
Offre-moi à une ménes­trelle
Qui a vu venir le déclin de mes frê­les.
Tu la recon­naî­tras aisé­ment,
Elle ne res­sem­ble à per­sonne,
Racon­tera mon his­toire comme Per­sonne ! »

… Il se raconte sur les che­mins que la rose des­sé­chée a été vue dans la bou­che d’une grande artiste, gui­tare à la main, racon­tant son his­toire à quel­ques pri­vi­lé­giés…




La peur est une ordure


Ins­piré par :


http://www.lejour­nal­de­per­sonne.com/2012/12/la-peur-noel/

Un matin de Noël, je m’appro­chais de l’âtre. Il ne res­tait que des brai­ses vives, suf­fi­sam­ment pour éclai­rer un peu la pièce ; dehors, il fai­sait som­bre, des nua­ges coton­neux se doraient la face lumi­neuse et nous lais­saient que l’ombre de leurs anges…

J’avais dans les bras une créa­ture ché­tive, l’incar­na­tion de peurs, et l’idée de la jeter sur les brai­ses, geste qui me sem­blait digne d’un cadeau d’anni­ver­saire et de Noël fait au coeur, dans l’espoir que la créa­ture enflam­mée ral­lume les brai­ses, fasse la flamme renaî­tre et illu­mi­ner de la sur­face de la peau aux tré­fonds de l’âme…

Arrivé tout prêt, dans l’ultime ins­tant, une autre étrange créa­ture se jeta sur moi, me fit tré­bu­cher et m’immo­bi­lisa, me téta­nisa sans me tou­cher. Elle me toisa un ins­tant, puis cra­cha un étrange liquide sur mon corps. Elle sem­blait prête à vou­loir me tuer, à me pous­ser dans les brai­ses pour me faire flam­mes…

Une amie arriva, tenta de chas­ser la créa­ture. Cette der­nière la repoussa d’abord, la fit s’asseoir, tenta de la ligo­ter. Mais l’amie n’avait pas dit son der­nier mot ! Elle lui donna un grand coup de pieds, puis un deuxième qui la désé­qui­li­bra pour de bon… Je pus de nou­veau bou­ger, me rele­ver, aider l’amie à immo­bi­li­ser la créa­ture, pour fina­le­ment la met­tre « au feu » avec la créa­ture ché­tive…

Et la flamme fut, et la lumière chaude enva­hit la pièce, accom­pa­gnée d’un souf­fle qui ouvrit la fenê­tre, gagna les nua­ges, et le soleil d’hiver se mit à tom­ber vers les chau­miè­res, vers nos têtes, vers la terre, incarné en peti­tes étoi­les gelées qui recou­vri­raient bien­tôt tout d’un man­teau imma­culé…

Ouvrez, ouvrez
la cage de silen­ces
aux mots dits…

Ouvrez, ouvrez
la cage de l’hors temps
à l’ins­tant éter­nel…

Ouvrez, ouvrez
la cage du gris
à la vie et ses cou­leurs…

Ouvrez, ouvrez
la cage d’une sagesse sans sage
aux sages de pas­sage…

Et rions, rions, brû­lons par le rire les peurs, les pho­bies, même les plus amphi­bies !
Et vivons, vivons, une autre ronde, une ouverte à la vie, où cha­que jour se fête, sans les bor­nes de l’inter­dit, sauf cel­les qui seront pesées, dis­cu­tées, vou­lues par le for inté­rieur ?!
Et rions, rions, sou­rions, sou­rions, aimons, aimons…

Joyeux Noël !

lundi, novembre 7 2011

Histoire de culture, de civilisation, de guerre psychologique... Compilation de reportages, de vidéos à méditer.


Bon­jour-soir !

Cela n’a rien de lit­té­raire, d’artis­ti­que…, mais au vu de l’actua­lité, cela me sem­ble assez impor­tant, inté­res­sant pour le par­ta­ger avec vous… Le plus impor­tant, à mes yeux, est le pre­mier repor­tage-docu­men­taire (le plus long), mais au ris­que de vous noyer sous l’infor­ma­tion, je mets aussi les liens pour vision­ner d’autres vidéos, car elles repré­sen­tent un bon com­plé­ment.

* Guerre psy­cho­lo­gi­que ; un repor­tage à voir, pour com­pren­dre « cer­tai­nes cho­ses » (à pro­pos de ce que l’on nom­ment “démo­cra­tie”, à pro­pos du fonc­tion­ne­ment de la société capi­ta­liste), à médi­ter for­te­ment, en pre­nant du recul : http://www.you­tube.com/watch?v=2xuoa7tF-x8&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=1&fea­ture=plcp

* Un point de vue sur ce qui s’est passé en Libye, his­toire de com­pren­dre l’éten­due de la four­be­rie ven­due par les médias offi­ciels et par notre gou­ver­ne­ment (si cela s’avère être vrai) : http://youtu.be/sRpLd9nFnC0

* Un court métrage qui résume bien un cons­tat que l’on peut faire sur la crise actuelle : http://youtu.be/UxpF-1L-pDg

* Pour com­pren­dre la créa­tion moné­taire : L’escla­vage moderne : http://youtu.be/_gXs­DYN6zWI ou encore : http://youtu.be/ykeI1D7­jpss

* Une inter­view télé qui résume assez bien cer­tains enjeux de notre épo­que : Sur­vi­vre au pro­grès - Tout le Monde en Parle : http://youtu.be/7-VEPe­za­fUE Pour aller plus loin, voir le repor­tage Con­som­mer à en mou­rir : http://youtu.be/FKnmb5Xhc-g

* L’affaire Ales­sio Ras­tani (le tra­der ama­teur qui a tenu un dis­cours choc) ; où et quand les médias ont eu l’occa­sion d’aller au fond des cho­ses, mais se sont con­ten­tés, pour la plu­part, de dis­cu­ter de la forme, de ten­ter de décré­di­bi­li­ser le mes­sa­ger : http://youtu.be/f2KT­zObkS54

* Pro­po­si­tion d’un sys­tème basé sur la répar­ti­tion des res­sour­ces, par la réponse aux objec­tions cou­ran­tes (pas vrai­ment con­vaincu à 100 %, mais y a des pas­sa­ges inté­res­sants, qui font réflé­chir) : http://youtu.be/Qd2­gLohb­qCU

* Autre pro­po­si­tion de sys­tème : le revenu de base (qui est une base, une pro­po­si­tion qui peut être adap­tée, com­plé­tée, amé­lio­rée, et dont le repor­tage apporte un éclai­rage sur le fonc­tion­ne­ment du sys­tème, mon­tre l’absur­dité, l’inva­li­dité de « cer­tai­nes cho­ses ») : http://youtu.be/-cwdVDcm-Z0

* Outre le fait que si tout ceci devait être “vrai”, cela vou­drait dire qu’on nous « vend » une guerre con­tre un pays, au nom de quel­que chose de TRES dis­cu­ta­ble, pour ne pas dire un outrage aux Vrais droits de l’homme, à ce qu’ils devraient être, en nous désin­for­mant, il y a une pro­fonde hypo­cri­sie. La vidéo ci-après, l’illus­tre admi­ra­ble­ment bien. Pour ceux qui ne sont pas au cou­rant, il s’agit de dis­cours de deux per­son­na­li­tés poli­ti­ques amé­ri­cai­nes entre­cou­pés d’un mélange d’ima­ges de mani­fes­ta­tions (Occupy Wall Street, mou­ve­ment dans la même veine que les Indi­gnés) ayant eu lieu sur des ter­res amé­ri­cai­nes, dites « civi­li­sées », où l’on voit ceux qui sont cen­sés pro­té­ger le peu­ple, s’en pren­dre - comme des bru­tes aveu­gles - à des mani­fes­tants paci­fi­ques. Voi­lou la vidéo : http://youtu.be/-wrxEFf­SOrY

* Enfin, l’appel des résis­tants (de nos « sages », de ceux qui ont vécu la résis­tance pen­dant la seconde guerre) : http://www.you­tube.com/watch?v=vrA9zv­qXW-I

***********************


Quel­ques cita­tions célè­bres, à médi­ter aussi :

« Si le Peu­ple avait la moin­dre idée de ce que nous avons fait, il nous traî­ne­rait dans la rue et nous lyn­che­rait. »
George H.W. Bush, 41e Pré­si­dent des Etats-Unis d’Amé­ri­que

« Il est une chance que les gens de la nation ne com­pren­nent pas notre sys­tème ban­caire et moné­taire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révo­lu­tion avant demain matin. »
Henry Ford (1863-1947)

« La véri­ta­ble menace pour notre répu­bli­que est le gou­ver­ne­ment invi­si­ble, qui comme une pieu­vre géante, étend ses ten­ta­cu­les gluants autour de nos vil­les, états et nations. »
John F. Hylan (1868-1936), maire de New York de 1918 à 1925

« L’opi­nion publi­que est la clé. Avec l’opi­nion publi­que, rien ne peut faillir. Sans lui, rien ne peut réus­sir. Celui qui mani­pule les opi­nions est plus impor­tant que celui qui appli­que les lois. »
Abra­ham Lin­coln (1809-1865), 16e pré­si­dent amé­ri­cain

« L’indi­vidu est han­di­capé en se retrou­vant face à face avec une cons­pi­ra­tion si mons­trueuse, qu’il ne peut croire qu’elle existe. »
J. Edgar Hoo­ver (1895-1972), Direc­teur du FBI de 1924 jusqu’à sa mort

***********************


* Il fait pas­ser le mes­sage en chan­son : Daniel GUI­CHARD – L’Indien : http://youtu.be/aw-uNBw­QMRM

* Il fait pas­ser le mes­sage par l’humour, le syn­drome du lar­bin : http://youtu.be/HH5fVD-1_I4

* Il fait pas­ser le mes­sage par l’humour bis, la révo­lu­tion de l’iphone : http://www.dai­ly­mo­tion.com/video/xlo­qih_la-revo­lu­tion-pour-bien­tot_fun#­from=embe­di­frame

* Il fait pas­ser le mes­sage en film. Le dic­ta­teur : Dis­cours final de Char­lie Cha­plin : http://youtu.be/lfTR­WUkfDvw

* Il fait pas­ser le mes­sage en film bis. His­toire Maya sur la cause de souf­france de l’huma­nité, tirée du film Apo­ca­lypto de Mel Gib­son : http://youtu.be/z4d­WaEM4­voI


Pour déten­dre l’atmo­sphère, voi­lou quel­ques trou­vailles :

* Humour, paro­die : Com­ment ne pas deve­nir écolo-dépres­sif ? : http://youtu.be/Eubd­SmT6Lcw

* Paro­die publi­cité : http://youtu.be/vyUXE­be7Fxs

* Gui­gnols de l’info, l’étude du tra­vailleur grec : http://youtu.be/iSmXItG­J1RU

* Pause nature (extrait du film Pol­len) : http://youtu.be/xHk­q1edcbk4

* Quand les hom­mes vivront d’amour, par Ray­mond Leves­que : http://youtu.be/Wb_4tQ90­Muk

* Mon­tage pho­tos autour du poème « Liberté » de Paul Eluard : http://youtu.be/JnaZK­my­crZ4

* Chan­son d’Amour, de Zazie : http://youtu.be/QKD­Kux-tvKQ

***********************


Rap­pel : Si vous vou­lez par­ta­ger des tex­tes etc, vous pou­vez le faire sur le forum http://leplu­mo­rum.free.fr/view­fo­rum.php?id=20 ou m’en envoyer en uti­li­sant le for­mu­laire de con­tact du blog ou du site : http://coeur­ro­man­ti­que.free.fr/poe­me­du­jou­ren­voi.htm

Pour retrou­ver les docu­men­tai­res, les repor­ta­ges, inter­views mises en vidéos, qui m’ont inter­pellé, sur les­quels je recom­mande de s’attar­der, pour dis­cu­ter autour, je vous donne ren­dez-vous sur la page you­tube où je les com­pile : http://www.you­tube.com/user/Pas­cal315/ (pour accé­der direc­te­ment à la liste des vidéos favo­ri­tes, cli­quez ici ; pour accé­der à la liste des favo­ris des favo­ris, cli­quez ici. )

Sur ce, je vous sou­haite une bonne con­ti­nua­tion de mois de novem­bre, une bonne fin d’année 2011, un bon ce que vous vou­drez ;)

@ pelu­che,
Pas­cal


mercredi, avril 6 2011

Vidéos à méditer

*

* Escla­va­gisme - Mon­dia­li­sa­tion - Pou­vez-vous voir la cage ? Cli­quez ici pour voir cette autre vidéo.

* Pour­quoi cer­tai­nes per­son­nes défen­dent la capi­ta­lisme ? Cli­quez ici pour écou­ter une opi­nion.”


Êtes-vous prêt(e) à faire évo­luer votre para­digme ?

N’hési­tez pas à don­ner votre avis, à com­men­ter ces trois vidéos !

@ Pelu­che !
Pas­cal

P.S. : Si vous vou­lez dis­cu­ter d’autres sujets avec moi et d’autres per­son­nes - films, lit­té­ra­ture… -, je vous donne ren­dez-vous sur : le forum indé­pen­dant ou celui ouvert sur face­book