Blog littéraire, artistique de Pascal Lamachère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, janvier 19 2009

Nature

Mode de fonctionnement : Cliquez sur une photographie miniature pour l’agrandir et accéder au paysage des mots, à l’article ou petit poème « haïkuesque » qui lui est associé. Vous pourrez ensuite recliquer sur la photo plus grande, pour l’agrandir encore, ce qui peut-être “intéressant” lorsqu’une version « géante » existe (marche sur toutes, mais l’agrandissement n’est pas flagrant quand je n’ai pas mis le format d’origine).

Lire la suite...

samedi, juin 28 2008

Jeu de vers, une histoire de poème collectif


Oyez, oyez !

Vous pouvez, comme mentionné dans le blabla explicatif des notes concernées, toujours participer aux autres jeux de plume mais j’ai une nouvelle mission d’écriture à vous proposer.

Objectif collectif : écrire le plus long poème possible en respectant les consignes et en essayant de garder un contenu cohérent malgré elles.

Consignes : écrire un vers de 7 à 14 syllabes en reprenant le « thème » donné par le dernier mot du précédent vers et en faisant une rime avec un des deux précédents si ils ne riment pas avec un déjà écrit. Par exemple le premier et le second n’ont pas à se soucier de la rime, mais si le deuxième ne rime pas avec le premier, alors le troisième doit faire une rime avec le premier ou le deuxième. Et si le deuxième rime avec le premier, alors le troisième n’a pas à se soucier de la rime. En ce qui concerne le « thème » donné par le dernier mot du précédent, l’idée est d’écrire un vers sur ce qu’il vous inspirera, tout en essayant de garder une « continuité », le fil avec ce qui aura été écrit jusqu’à votre contribution. Prêt(e) à relever la mission ? A votre plume !

Si vous avez besoin d’un éclaircissement, vous pouvez poser une question en commentaire sans « claviarder » de contribution, et si vous en avez l’élan, vous pouvez participer à chaque fois qu’un autre poète vous précède.


Contenu du poème collectif à « ce jour » :

La lumière du ciel lève un jour nouveau
Sur la ville qui s’étire - premiers rayons.
Les embarras des rues rythment nos saisons,
Un rêve s’écoule dans le caniveau…

Entre l’asphalte et les égouts, se lave l’hier,
Le béton du présent rêve d’un avenir vert
Où pousseraient mains et roues sans polluer,
sans envoyer au ciel ces immondes fumées.

L’urbaine croule sous un feu insomniaque,


Note : Pour le continuer, participer, il vous faut utiliser le système de commentaire du blog, cliquez ici.

lundi, mars 20 2006

Poème Début de journée (Pantoum *)


Début de journée

Le soleil déverse tous ses écrins dorés
A l’aube où les maisons et les ru(e)s se réveillent ;
Les étoiles restent là à illuminer
La douce nuit de l’univers, leur émerveille !

A l’aube où les maisons et les ru(e)s se réveillent ;
Dans le ciel se dessine début de journée.
La douce nuit de l’univers, leur émerveille !
Filantes parfois, songes sont à soulever.

Dans le ciel se dessine début de journée.
Chantent oiseaux, butinent toutes les abeilles ;
Filantes parfois, songes sont à soulever
Comme si Fées d’un coup en faisaient le miel.

Chantent oiseaux, butinent toutes les abeilles ;
Nuages dessinent ce qui est à rêver ;
Comme si Fées d’un coup en faisaient le miel,
Le soleil déverse tous ses écrins dorés.

~ Pascal Lamachère - Avril 2003 ~


* Explication technique : Le Pantoum est écrit en strophes de quatre vers à rimes croisées construites de telle sorte que le deuxième et le quatrième vers de chacune passent dans la suivante pour en former le premier et le troisième vers; le premier vers de la pièce doit en outre revenir à la fin, comme dernier vers. Le Pantoum développe dans chaque strophe, et d’un bout à l’autre, deux idées différentes, l’une remplissant les deux premiers vers de chaque strophe, et l’autre les deux derniers. Généralement la première est plutôt extérieure et pittoresque, l’autre intime et morale.